Nationale

Vives tensions au sein des Forces Armées Congolaises

Officiers supérieurs Congolais

Les Forces Armées Congolaises connaissent de vives tensions depuis plusieurs mois.

Les tensions persistances au sein de cette grande institution qui a toujours participé à tous les événements qui ont marqué la vie politique Congolaise, inquiètent de nombreux observateurs.

L’harmonie et la cohésion entre officiers, sous -officiers et hommes de rangs n’est plus aussi bonne que celle de beaux temps d’une armée républicaine. Cette atmosphère délétère serait due à de multiples promotions et avantages réservés aux hommes du clan, alors que tout le reste devrait se contenter des miettes et de diverses humiliations.

D’après l’un des officiers qui s’est confié à nos partenaires et ayant requis l’anonymat, « plusieurs hommes de tenue auraient l’impression qu’au Congo seules des personnes appartenant au clan sont destinées d’accéder à des postes de commandement et de responsabilités. Les nominations et les promotions sont jugées trop partisanes. »

Un autre officier supérieur ajoute : « le politique a pour multiples raisons infiltré notre institution. L’armée qui se veut républicaine et disciplinaire est gangrénée par la dictature. Plusieurs camps sous forme de gangs ont vu le jour en son sein. C’est vraiment regrettable. L’on se demande si le président réalise vraiment, quel héritage il va léguer aux futures générations pour cette institution qui lui aura tout donné. C’est incompréhensible que cet homme, si expérimenté détruise cette grande institution qui ferait du Congo, ce pays respecté. Qu’allons-nous faire ? Devons-nous accepter faire subir encore des souffrances de guerre à notre peuple ? Je ne pense pas. J’espère qu’il comprenne cela et décide de changer les choses avant et tôt. »

Le mécontentement des hommes de tenue est si grandissant que l’autoproclamé premier chef de cette institution, le général des armées Denis Sassou Nguesso, aurait réuni les siens les 28 et 29 janvier derniers, pour leur donner des instructions strictes : « l’utilisation extrême de la force en cas de soulèvement ou d’un quelconque mouvement à l’image du cas Marcel Ntsourou. »

Selon les services de renseignements de l’homme fort de Mpila, tous les rapports iraient dans le même sens : une majorité d’officiers supérieurs et hommes de rangs se seraient résolus de voir leur institution jouer le rôle d’une armée impartiale, durant cette période instable et difficile que va vivre notre pays, dont la cause principale serait « le refus par le pouvoir actuel, de l’alternance démocratique », comme l’exige la fameuse constitution de 2002 taillée sur les mesures du chef rebelle Denis Sassou Nguesso, vainqueur de la guerre meurtrière de 1997.

Les instructions du général guerrier Denis Sassou Nguesso à ses hommes, sont d’ailleurs suivies à la lettre sur le terrain. Le climat de terreur qu’imposent les sbires du général Denis Sassou Nguesso à notre peuple, marqué par la chasse à l’homme au sein des forces armées, a obligé dernièrement, les organisations nationales et internationales des droits de l’Homme, de sortir de leur réserve en interpellant la communauté internationale sur le drame que vit le peuple Congolais et les exactions que commettent les services de mort du dictateur Congolais.

D’après nos sources, certains officiers supérieurs du clan seraient conscients que notre armée serait l’une des institutions les plus désorganisées, comptant en son sein : d’anciens miliciens cobras, cocoyes, mambas, ninjas, zoulous, jouissant majoritairement d’une grande impunité pour avoir été enrôlés dans l’armée sans encadrement, afin d’être utilisés à de sales besognes au profit du pouvoir.

Ces officiers seraient prêts à se ranger du côté du peuple, et reconstruire cette institution qui leur est chère. Ce qui leur permettrait de laisser un héritage digne aux futures générations.

Soutenant tous ces officiers supérieurs, officiers et hommes de rangs de notre armée, le noyau politique du MCCD, s’exprimant par la Voix du Peuple Libre-USA, rappelle que « le peuple Congolais compte beaucoup sur votre institution, afin de l’accompagner à reconquérir sa liberté. »

N’hésitez pas de vous ranger définitivement du côté de votre peuple qui vous aime tant et qui n’a cessé de vous témoigner cet amour sincère, grand et profond.

Milika Missaby Mimanga

MCCD-USA : La Voix du Peuple Libre

One comment on “Vives tensions au sein des Forces Armées Congolaises

  1. La discrimination, l’exclusion des autres, la haine, la jalousie, ne datent pas d’aujourd’hui. Cela existe et est present dans toutes les administrations congolaises militaires comme civiles depuis son retour en 1997. Ils disent qu’ils ont combattu et tout doit leur revenir jusqu’à nier l’autre langue nationale comme appurtenant exclusivement à un certain peuple. Or toutes langues, les races, les tribus viennent de Dieu. Parler Kikongo dans certain milieu devient pecher.
    Les officiers qui en sont conscients doivent être vigilants et prudents car en ce moment il est à la recherche des gens à éliminer pour que ne reste que les officiers de chez lui, formés pour le mal. Il a opté pour l’écrasement, le ratissement des cadres et officiers des autres departements pour rester au pouvoir éternellement.
    Mes encouragements aux officiers qui en sont conscients. Dieu voit et connait la disposition de leur Coeur. Que Dieu soit avec eux à jamais. Qu’Il les assiste et les aide dans la resolution qu’ils ont prise de rester du côté du peuple. La voix du peuple c’est la voix de Dieu. Et qui dit peuple dit victoire contre la dictature d’un général des armées non experimenté. Il n’a jamais porté d’uniforme pour aller au front sinon pour sauter sur les cadavres, cracher sur les depouilles mortelles.
    Mes encouragements aux officiers du peuple!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *