Nationale

Programme « Ville-Santé de Pointe-Noire » : constat amer des participants, 9 ans après son lancement

Programme ville-santé

Les 5 et 6 novembre derniers s’est tenue à Pointe-Noire, une réunion du comité intersectoriel du programme « Ville-Santé » de Pointe-Noire, mis en place en 2004 avec l’appui technique de l’OMS. Ce programme, considéré par ses concepteurs dont le dictateur Denis Sassou Nguesso, comme étant un remède pour apporter des solutions aux problèmes de santé des populations, permettant la mise en place des projets de santé autour de l’école, le marché et la communauté, s’est révélé inefficace et sans réponse. Car d’après nos sources, les participants à cette réunion ont dressé un constat amer : «il manque l’eau potable dans certaines écoles et marchés, les latrines sont mal entretenues, les effectifs d’élèves sont pléthoriques, le manque de politique d’assainissement efficace est flagrant, les étalages dans les marchés sont non adaptés,…». Là où le bât blesse, c’est le fait que malgré ce constat amer, le comité intersectoriel a présenté au cours de cette réunion ses missions et moyens dont : l’identification des écoles-santé, marchés-santé et communautés-santé pilotes répondant aux critères de l’OMS sur les Villes-santé ; l’identification des actions prioritaires et urgentes à réaliser à court et moyen terme allant de novembre 2013 à juin 2014 ; la présentation au comité intersectoriel du plan d’action 2013-2016 adapté au contexte actuel ; la définition et la clarification des missions et des tâches de chacune des composantes du programme Ville-santé. Cela veut simplement dire que 9 ans après son lancement et le constat d’échec, le comité intersectoriel va continuer à bénéficier de l’argent au nom d’un programme inutile. Bien que connaissant les manières du dictateur Denis Sassou Nguesso, qui laisse expressément nombreux acteurs de son administration à s’enrichir à travers des projets fantaisistes, nous nous posons la question de savoir « pourquoi l’OMS (l’Organisation Mondiale de la Santé) ferme-t-elle des yeux et ne dénonce pas ces comportements de gabegie dans des projets auxquels elle apporte son appui ? Serait-il une confirmation que les fonctionnaires de cette organisation internationale participent à des projets d’enrichissements illicites au dépend des populations pauvres, pour lesquelles ils sont censés protéger et sortir de la misère ? Nombreux participants à cette réunion  présidée par Dussot Bakonga, secrétaire général de la commune de Pointe-Noire et ayant à ses côtés, le docteur Jean Victor Mambou, coordonnateur du point focal, ainsi que Jean de Dieu Bienvenu Konongo Babackas, conseiller en santé et environnement à l’OMS Congo, ne croyant plus à ce programme ont fini par dormir tel que le montre cette photo. Ironie du sort, cette réunion a permis aux participants de statuer que  » De 1997 à 2013, cette ville a connu des épidémies récurrentes de maladies du péril fécal et d’autres maladies transmissibles. » Et que nous rappelle cette année 1997 ? L’année du retour au pouvoir par les armes du général des armées Denis Sassou Nguesso.

Une chose est vraie, la fin de la dictature Denis Sassou Nguesso permettra au peuple Congolais de construire une Nation juste pour le bien-être de chacun qui passe par le changement de mentalités.

Le MCCD est plus que résolu de construire ce projet ambitieux pour le bien-être de notre peuple.

MCCD : La voix du Peuple Libre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *