Internationale

Multiplication des fêtes par des dictateurs : signes non trompeurs de fin de règne

Sassou fête

Des faits passés servent souvent d’exemples et de repères pour des lecteurs du futur.

La multiplication depuis plusieurs mois, d’organisation d’événements permettant au dictateur Denis Sassou Nguesso de faire la fête avec de nombreuses personnalités internationales, témoigne de plus en plus, le sentiment de solitude et de fin de règne qu’éprouvent les dignitaires du pouvoir en sursis de Brazzaville.

La célébration à Brazzaville avec faste, le mardi 11 février 2014, du 25ème anniversaire du « protocole de Brazzaville sur la paix en Afrique australe », a été une occasion pour le dictateur Denis Sassou Nguesso de faire venir à coup de pétrodollars, des personnalités n’ayant aucun lien avec le contenu de ce protocole.

D’après nos sources, les présidents des pays les plus concernés de ce protocole, ayant jugé ce quart-de siècle comme un « non-événement », auraient clairement signifié au général des armées Denis Sassou Nguesso, qu’ils ne devaient pas assister à ces festivités inutiles.

Il sied de noter que ce protocole signé à Brazzaville en 1988 et entériné 9 jours plus tard au siège des Nations unies à New-York marquait le pas vers l’indépendance de la Namibie, le retrait d’Angola des troupes Cubaines de Fidèle Castro et repli de ces deux pays précités, des forces Sud-Africaines du régime d’apartheid.

Le refus des présidents Dos Santos d’Angola et HifiKepunye Pohamba de la Namibie d’assister et de participer à cette fête, est considéré par nombreux observateurs comme un vrai camouflet au dictateur fêtard Denis Sassou Nguesso, dont le seul but est de combler sa solitude et son isolement.

La seule présence de l’actuel président Sud-Africain Jacob Zuma, hué lors de toutes les cérémonies d’hommages à Madiba, montre bien le malaise de la diplomatie hasardeuse et de corruption du général corrompu.

Le plus marquant est le fait que, ces multiples retrouvailles festives que souhaite organiser le dictateur Congolais, depuis plusieurs mois, nous rappellent des retrouvailles festives des feux dictateurs Mobutu du Zaïre et  Kadhafi de Libye, ayant précédé la chute de leurs régimes quelques années après.

Il est clair que « la multiplication des fêtes par des dictateurs, est un ensemble de signes non trompeurs de la fin de leur règne. » Et toutes ces images serviront aux grillots de faire, le jour de la chute du maitre, des films contre sa personne, faisant de lui un dictateur assassin et inhumain.

Le dictateur Denis Sassou Nguesso ne saurait faire exception à la règle.

MCCD : La Voix du Peuple Libre  

2 comments on “Multiplication des fêtes par des dictateurs : signes non trompeurs de fin de règne

  1. Comment un ami de tout le temps comme Edouardos Dos Santos peut dire non à l’invitation de celui qu’il a aidé pour combattre les autorités démocratiquement élues afin de s’installer au pouvoir. Et même la Namibie dit non. L’heure est grave pour le dictateur. Bon mais comme ,le ridicule ne tue pas dans le monde dictatorial, il va encore accoucher d’autres invitations. L’orgeuil l’aveugle. Il ne peut ni voir ni sentir la fin de son règne, venir.
    Ebeba! Ebonga, ebonga te, toujours meilleur! Leza, lenua, les champagnes ont neanmoins coulés; c’est l’essentiel pour le dictateur. Il veut montrer qu’il est quelqu’un en Afrique. Il force les amitiés. Il voulait profiter de cette situation pour demander à Santos la présence de ses militaires à Kimongo comme il n’avait pas eu le courage de les affronter sinon tuer, blesser, endeuiller, emporisonner, apeurer, affamer les congolais (16 Decembre 2013).

  2. De la même manière que les invités de sassou nguesso viennent participer au pillage des pétrodollars du peuple congolais, dès le lendemain de la chute de sassou nguesso qui n’est plus un secret pour personne, les mêmes invités témoigneront contre lui. On a déjà vu des scènes pareilles pour récemment. Malheureusement tout comme Khadafi ou Mobutu, le dictateur sassou nguesso ne serait peut être plus là pour demander des comptes à ses soi disant invités en or. Pauvre humain, il se croit éternel ici bas, alors que tout est vanité des vanités.

    Nous sommes prêt pour en découdre avec cette dictature car la volonté de tout un peuple de vivre en liberté va au delà de toute oppression que ce sataniste de sassou le fait subir.

    Préparez-vous à vivre une nouvelle page, chers compatriotes et vrais amis du peuple congolais. Notre liberté est en marche. Heureusement, il n’y a que la planète terre, on verra bien où pourront -ils se réfugiés ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *