Internationale

Modification de la constitution : le « Non » appuyé des sages de Sibiti rend « fou », le dictateur Denis Sassou Nguesso

Sassou N’Guesso-Sibiti

Le 06 mai dernier, après leur « Non » du 20 avril 2014 au premier secrétaire du PCT, Pierre Ngolo, les sages de Sibiti ont confirmé leur position « altruiste et patriote » en disant un « Non appuyé » au dictateur Denis Sassou Nguesso dans son projet fou et morbide de la modification de la constitution du 20 janvier 2002 afin de mourir au pouvoir et y laisser, par le biais d’une candidature unique, un de ses fils en cas d’indisponibilité.

En effet Denis Sassou Nguesso dont des valets le précédant avaient distribué de faux billets et des pétrodollars à Sibiti, a organisé une mascarade sous le signe d’échanges citoyens avec les populations de Sibiti triées.

D’après nos sources, malgré ces tris déshonorants et la corruption à grande échelle, les sages de Sibiti dont le Noyau du MCCD, la Voix du Peuple Libre, salue ici « l’altruisme, l’audace, l’intelligence et la sagesse », ont tenu à clarifier au dictateur Denis Sassou Nguesso quelles sont aujourd’hui leurs préoccupations celles de tout un peuple.

Voilà en substance ce que les sages de Sibiti, par la voix du président de leur comité, Samuel Tanga, ont clairement signifié au dictateur Denis Sassou Nguesso : « pour nous le problème de la modification ou de la révision de la constitution est un problème qui regarde le conseil constitutionnel et le peuple congolais; mais pas les sages. Nous pensons que le conseil constitutionnel existe bien dans le pays. Nous ne voyons donc pas, monsieur le président ce que nous pouvons et devons y faire. Nos principales préoccupations aujourd’hui c’est les conditions de vie des populations de la Lékoumou  et surtout le chômage de nos enfants. Nos enfants n’ont pas du travail. Nous pensions que la municipalisation accélérée allait donner du travail à nos enfants. Mais depuis le début des travaux, le problème de chômage de nos enfants reste entier. Merci monsieur le président de voir ces problèmes ».

Une vraie douche froide pour le dictateur les paroles de fameux notables corrompus qui lui ont lui demandé de poursuivre son œuvre jusqu’en 2025, n’ont pas suffi de calmer la colère. Le dictateur ne pouvant contenir cette colère a explosé en proférant des menaces à quiconque voudrait menacer la paix chèrement acquise.

Mais de quelle paix parle le dictateur Denis Sassou Nguesso ? Est-il vraiment conscient que, pour le peuple congolais entier, il est l’obstacle à la paix ?

Lui le chef rebelle a amené et autorisé aux troupes étrangères de venir brûler des villages entiers des congolais.

Lui le général des armées qui s’est engagé à héberger et armer des rebelles zaïrois au nord de notre pays et qui, dans un élan de solidarité à un homologue dictateur en difficulté, a fini par conclure un deal avec Joseph Kabila pour livrer ces rebelles qui lui font peur dans sa tentation de réviser lui aussi la constitution. Et ces rebelles zaïrois tuent aujourd’hui nos pauvres gendarmes.

Lui qui aujourd’hui arme et héberge  des miliciens de la Séléka et des Anti-balakas dans la Likouala au nord de notre pays. Miliciens qui dans quelques années menaceront la vie de nos populations du nord.

Lui qui achète des armes lourdes à des pays sous embargo international telle la Corée du nord; tuant nos populations en pleine sommeil comme le 04 mars 2012.

Pourrait-il vraiment nous parler de la paix chèrement acquise ? Ose-t-il menacer notre peuple au nom d’une fausse paix imposée au prix de la terreur et de la corruption ?

Denis Sassou Nguesso est-il devenu obnubilé par la bulle dans laquelle les trois décennies de crimes de sang et économiques l’ont conduit ?

Les menaces du dictateur Denis Sassou Nguesso représentent un signal fort d’un homme aux abois, conscient de la fin de son règne. Nous avons déjà observé ce genre d’agitation avec des dictateurs tels Kadhafi, Mobutu, Saddam Hussein. Denis Sassou Nguesso n’y fera pas exception.

Tout ce que le peuple congolais lui demande c’est le départ sans condition et sans exigence. S’il s’entête, il affrontera la colère foudroyante de notre peuple.

Saluons une fois de plus le courage et la sagesse des sages de Sibiti, le Noyau politique du MCCD, la Voix du Peuple Libre, invite tous les combattants pour la liberté à prendre chacun, contact avec les sages de sa région natale, afin de les rassurer de notre soutien et de la certitude de la fin de la dictature Denis Sassou Nguesso.

Comme les sages de Sibiti, disons tous « Non » au référendum et à la modification de la constitution du 20 janvier 2002. Denis Sassou Nguesso ne pourra pas nous mettre tous en prison même s’il en a construit des centaines.

La fin de la dictature c’est maintenant. L’heure de la liberté a sonné. Oui, nous le pouvons. Mais ensemble.

MCCD : La Voix du Peuple Libre

One comment on “Modification de la constitution : le « Non » appuyé des sages de Sibiti rend « fou », le dictateur Denis Sassou Nguesso

  1. PHILOSOPHIE & NOUVELLES SYNTHÈSES POUR LA RESPECTABILITÉ INTERRACIALE SUR DIFFÉRENTES ÉCHELLES.
    L’homme noir peut être intelligent ou riche en occident, mais tant que l’Afrique noire ne sera pas debout, l’homme noir ne sera pas respecté partout dans le monde. Ceci est un cas de prise conscience noire au XXIè siècle https://www.youtube.com/watch?v=pKJZG3Mimkw

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *