Nationale

Le cauchemar américain de Denis Sassou Nguesso se poursuit: les dessous de l’Assemblée générale de l’ONU

Sassou-Colère

Le 24 septembre dernier s’est ouverte à New York, la 69ème session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Le dictateur congolais Denis Sassou Nguesso qui, après plusieurs semaines de vacances en Espagne et accompagné de plusieurs membres du clan, était arrivé à New York  le 21 septembre, avec comme objectif « corriger son échec diplomatique et médiatique lors du sommet Etats-Unis/Afrique », en mobilisant des lobbies américains afin d’obtenir l’accord du président Barack Obama au « changement de la constitution ».

Sauf que, contrairement à la confiance affichée par le dictateur congolais et ses valets, tel le témoigne un éditorial du journal griot au service de la dictature « Les Dépêches de Brazzaville » quelques semaines avant l’ouverture de cette Assemblée générale, le séjour du général d’armées congolais ne s’est pas passé tel qu’il l’avait espéré.

En effet, d’après nos sources présentes et introduites, bien que la participation à l’assemblée générale de tout dirigeant soit un acquis, le dictateur Denis Sassou Nguesso s’est néanmoins vu « refuser » la participation à plusieurs réunions privées auxquelles il avait souhaité participer. Ainsi, le 24 septembre, contrairement à son souhait, le dictateur Denis Sassou Nguesso s’est vu refuser la participation à la « réunion annuelle de la Clinton Global Initiative » dont le thème était « Le respect et la promotion des droits de l’homme ». Réunion à laquelle a participé le président américain et au cours de laquelle il a tenu une déclaration poignante demandant la libération du Burundais Pierre-Claver Mbonimpa et disant clairement que les Etats-Unis et lui, seront toujours du côté de toutes ces femmes et tous ces hommes qui militent pour le respect des droits de l’homme et pour la liberté des peuples dans le monde.

Le dictateur Denis Sassou Nguesso avait voulu faire de cette réunion une occasion de lobbying pour le soutien de la candidature de son Etat dictatorial pour un second mandat au Conseil des droits de l’homme  des Nations unies pour la période 2015-2017.

Une vraie volonté de positionnement stratégique qui, selon ses calculs et ceux de ses valets, le qualifierait de facto pour une continuation au-delà de 2017.

Après cet affront, le dictateur congolais dont les partisans étaient désagréablement surpris d’entendre que le président américain préalablement installé dans le même hôtel a décidé de changer de lieux, aurait finalement organisé la veille de son discours à l’Assemblée générale, une réunion de lobbying avec quelques dirigeants et amis. D’après nos sources, Barack Obama préalablement installé au même hôtel royal que Denis Sassou Nguesso « Waldorf Astoria hôtel » a précipitamment changé de lieux sans y avoir passé une seule nuit.

L’on se demande, comment cet homme qui prive tout un peuple des libertés fondamentales peut-il se permettre de mentir « sans vergogne » à l’assemblée des Nations unies « promouvoir et respecter » les droits et libertés fondamentaux dans son pays, au point de présenter une candidature pour un second mandat au conseil des droits de l’homme des Nations unies ?

Fidèle à son agenda de travail, le Noyau politique du MCCD, la Voix du Peuple Libre a instruit ses partenaires diplomatiques à poursuivre le travail d’information auprès de nombreux dirigeants et des partenaires économico-politiques du Congo sur la réalité de la situation sociale et politique qui prévaut dans ce pays, afin d’affaiblir de plus en plus le despote Denis Sassou Nguesso qui se permet d’envoyer ses sbires « violer » la sœur d’un journaliste au service de son frère.

Il est vrai que ce travail d’éveille de consciences de notre peuple et surtout de nos partenaires peut paraitre long avec des résultats pouvant sembler lents. Mais une chose est vraie, la dictature de Brazzaville est aux abois, s’effrite et finira par imploser.

Tout combat pour la liberté prenant base les acquis d’un peuple a toujours semblé être long, mais finit par vaincre des ennemis de la liberté, la sécurité et la paix.

Les derniers événements montrent bien que le pouvoir usurpateur incarné par le général d’armées Denis Sassou Nguesso ne tient plus que sur un fil. L’ennemi de notre peuple et ses laquais en sont conscients.

Ils sont à la croisée de chemins et leur fin est plus que jamais imminente.

MCCD : La Voix du Peuple Libre

4 comments on “Le cauchemar américain de Denis Sassou Nguesso se poursuit: les dessous de l’Assemblée générale de l’ONU

  1. Ne le saviez-vous pas? Le serpent ancien est tres tetu, tetu plus que le mot, plus que l’ame. Il est perseverant mais sa fin est toujours catastrophique. Il croit jouer le monde, mentir sans honte. C’est l’oeuvre du serpent ancien. Sa fin s’annonce
    . Il suffit de regarder son visage. Il joue les dernieres heures.

  2. PEUPLE CONGOLAIS !
    Par définition, une dictature est un régime politique de nature autoritaire qui gouverne ou gouvernera toujours contre les libertés fondamentales du peuple souverain. C’est la règle, elle est universelle et immuable dans toutes les dictatures du monde entier.
    Les dictateurs sont plus dangereux ou virulents que le virus Ebola. En effet, ils font plus de victimes que Ebola.

  3. Société: les congolais sont-ils sous l’emprise du dictateur Denis Sassou Nguesso et de ses serviteurs volontaires?

    PHILOSOPHIE & SOCIÉTÉ !

    « Plus les rapports humains sont soumis à l’emprise, plus ils se dégradent, s’étiolent. C’est le revers de la médaille. Les autres ne sont pas que des serviteurs destinés à étancher toutes mes soifs, assouvir toutes mes lubies.
    À chacun de nous de savoir s’il veut habiter cette terre en petit maître ou en poète, en parasite ou en ami. »
    Pascal Bruckner; Misère de la prospérité.

    A la différence de ce que S. Freud nomme «pulsion d’emprise» (agressivité première naturelle), indissociable des premiers temps du nouveau-né, le lien d’emprise est formé d’une volonté, avouée ou non, de détruire toute humanité en l’autre, pour l’utiliser à sa guise comme une marionnette.

    La suite est à lire en cliquant sur ce lien – sinon, la faute à l’emprise émotionnelle de Sassou Nguesso sur votre cerveau ! http://congo-objectif2050.over-blog.com/2014/10/societe-les-congolais-sont-ils-sous-l-emprise-du-dictateur-denis-sassou-nguesso-et-de-ses-serviteurs-volontaires.html

  4. Nous ne lâcherons jusqu’à son départ. Parole d’un résistant Congolais en exil au Congo Kinshasa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *