Nationale

La plateforme Congo Ya Sika : L’Appel de Paris contre la modification ou le changement de la constitution de 2002

Drapeau Congolais

       Paris

 APPEL  DE  PARIS   CONTRE   LA MODIFICATION 
  DE LA  CONSTITUTION   CONGOLAISE  
           DU  20   JANVIER  2002
  Paris – Gare  de l’Est – 24  mai 2014
 
              Depuis   quelques   temps,  le pouvoir  de  Brazzaville  travaille,  à   coup   de  corruption,  à  saper   la  fragile  cohésion   nationale   en  créant  les conditions   prochaines   d’un   passage en force   de  Mr   Sassou Nguesso  en  2016,  année  où   celui  ci doit   légalement   terminer   son  mandat   de président  de la république  du  Congo.   Parallèlement   à ces   manoeuvres,  monte   dans le pays la  grande colère  patriotique  et républicaine   de l’ensemble des   départements du  Congo   qui  s’oppose   à ces   velléités  de   coup   d’Etat  constitutionnel. S’organise   en même  temps    sur  le territoire  national et au   sein de  la diaspora  un   large mouvement   citoyen   de refus  de la  révision  ou du   changement  de   la  constitution   du  20 janvier  2002. 
            En   lançant   l’Appel  de  Paris   du  24   mai  2014,   la  Coordination  Congo Ya Sika  dit   sa solidarité   inconditionnelle  avec   toutes  ces forces  de  progrès  mobilisées   pour l’alternance   démocratique   au  Congo  et  qui  refusent   toute  connivence  et toute  collusion  avec   le   pouvoir de  Brazzaville en  fin   de cycle  constitutionnel.  Elle   dénonce   et  rejette   toute   voie   sectaire,  partisane   et  antinationale  consistant   à consulter des  institutions   fictives,  tels les   conseils   de   sages  des  régions   congolaises  instrumentalisés  aux   fins  de reconduire   au   pouvoir   sans un   vrai  dialogue national   souverain,  l’actuel   président   de  la république  ou   un   des  membres de   son   système  en  2016. 
            La   Coordination   Congo  Ya  Sika   considère  que   toute  manipulation   de  la constitution,   aux   fins de  se    maintenir   au  pouvoir et  de  le conserver,   sous   quelque prétexte  que ce soit,   est   une   attitude  archaïque,  surannée  et  contre productive,  surtout   dans le cas où   le  régime qui   exprime   cette   prétention   est  demeuré longtemps  au  pouvoir,  en  ayant   disposé   de tous  les  leviers  politiques, économiques,  humains   et  sociaux   du   pays.
           Plutôt   que    de  préparer   l’opinion   congolaise, comme  cela   ressort des  intentions  avérées  des   hommes  du régime  de Brazzaville et de  ses alliés,   à   un référendum   constitutionnel   sans   enjeu  et dont  les résultats sont   connus   d’avance,  parce  que  basés  sur le   recensement   administratif  spécial tronqué de  2013  et   sur une subordination   des  consciences,   la  Coordination  Congo   Ya   Sika  exige l’annulation   de tout   projet  validant  ces intentions  malveillantes   qui  divisent   la   nation  dans   sa  chair.
           Aujourd’hui,  le   combat   politique  au Congo   est  le combat   pour  l’alternance   démocratique.  Celui  ci  oppose,  d’une  part  les conservateurs   qui  n’ont cesse   de   profiter   des  richesses  nationales   et  bénéficient   des  rentes  de  protection  de toute  nature  et,   d’autre part  les   républicains   qui    militent  pour  l’égalité des   droits,   le   développement   équilibré   du   pays et  le  partage démocratique   du pouvoir.
           La   constitution   congolaise   a  prévu  l’alternance  en  2016,   en  posant  le principe    de  la durée  de l’exercice  présidentiel   à   deux   mandats   de  sept  ans  non  renouvelables.   C’est  un  progrès    démocratique   que  le  peuple   doit   défendre.  Dans   cet  esprit   de  logique constitutionnel  et  dans  le  climat   politique  actuel  en   déficit  de sérénité  au   Congo,   la  Coordination  Congo  Ya  Sika  estime   que l’alternance  doit  obéir   à un   large  inventaire   de   solutions  efficaces   et  consensuelles   afin   que le  peuple  tranche,   dans  son  intérêt, avec  clarté.
            Le  dialogue   entre   toutes  les  forces   vives de  la nation  demeure   la  méthode  convenue  pour  y aboutir. 
         A  cet   effet,   la  Coordination    Congo  Ya  Sika  propose  deux  hypothèses  de sortie  de crise  afin  de  faciliter  l’alternance démocratique.  Il   pourrait   en   exister   d’autres.
                              a) L’hypothèse   de la  convocation   des   états   généraux de la nation.   Une   forme de  conférence  nationale   souveraine   bis dont changent  le  contexte,  les  acteurs et  les  enjeux   débouchant  sur une  période de transition  à  durée  déterminée  en vue de  préparer  l’alternance  démocratique.
                          b) L’hypothèse  de la logique   constitutionnelle.  C’est   le  cas  où  le  président   de la   république  arrivé   en   fin de  mandat    n’est  plus  l’incarnation  légitime  de la nation  et  fait  face au   refus   généralisé  de  la   révision  ou du  changement   de  la constitution  par le  peuple souverain.  Cette hypothèse  implique   l’enrôlement  institutionnel   du  président   du   sénat   qui  en  appelle  à  une   forme   supérieure et souveraine du    rassemblement  de  la nation   qui   décide   de la maîtrise du  processus   de  l’alternance  démocratique.
Par  ces  deux   hypothèses,  la  Coordination  Congo   Ya  Sika   n’est   mue  que  par   son   élan  patriotique   et  républicain  de  sortie   de   crise   au  Congo.   Elle   condamne  toute   dictature,   toute  prise de  pouvoir  par la  force,  par  l’instrumentalisation  et l’aliénation    de   la constitution.   C’est   dans   cet  ordre   qu’elle  redit  solennellement   son   non  radical  à  la  révision  ou  au  changement  de  la constitution   congolaise du  20  janvier  2002. Rejette  le   recensement   administratif  spécial 2013   et  en  appelle   à  une   mobilisation   massive   des   congolais   aux  Assises  Nationales   du  Congo  pour  l’Alternance   Démocratique   qui  se tiendront  du  7 au   10  juin 2014 à Paris.
       
Sassou  Nguesso  doit partir.
 
Fait  à  Paris   le  24  mai  2014
 Le Coordonnateur  de Congo   Ya  Sika
        J. Ouabari  Mariotti

One comment on “La plateforme Congo Ya Sika : L’Appel de Paris contre la modification ou le changement de la constitution de 2002

  1. SASSOU NGUESSO: PALME D’OR DE LA MÉDIOCRITÉ ET DE LA SORCELLERIE.

    Aussi haut qu’un oiseau volera, il finira par se poser. Il est temps que vous vous reposer Monsieur le président Sassou Nguesso.

    C’est le seul arbre que vous aurez planté et on se souviendra de vous pour avoir libérer le Congo votre médiocrité et de votre sorcellerie.

    Déclaration sur RFI du Professeur Placide Moudoudou, doyen de la faculté de droit de l’université Marien Ngouabi affirme « En Afrique le serment n’a aucune valeur juridique. La sorcellerie prime sur le droit ».

    Pourquoi ne pas créer ou fonder une faculté de la sorcellerie à l’université Marien Ngouabi dont le Prof de la sorcellerie Placide Moudoudou serait l’honorable doyen et puis Sassou Nguesso le recteur de l’université Marien NGOUABI ensorcelé par l’obscurantisme….

    PHILOSOPHIE !
    La valeur d’un peuple ne se mesure pas à l’individu – elle se mesure plutôt en terme de collectivité, de courage, d’intelligence et de la force d’oser dire » NON ».

    Albert Camus : « Ce n’est pas la révolte en elle-même qui est noble, mais ce qu’elle exige » – je dirais de l’individu.

    C’est pourquoi, le peuple souverain congolais ne souhaite plus laisser monsieur Denis Sassou Nguesso à vouloir le trahir indéfiniment et impunément dans le temps.
    La désobéissance civile devient donc le préalable vers le processus de l’alternance politique au Congo Brazzaville.

    La révolte classique oppose la violence à la violence.
    La désobéissance civile est plus subtile : elle refuse d’être complice d’un pouvoir illégitime et de nourrir ce pouvoir par sa propre coopération. Le principe même du pouvoir politique pourrait rendre possible l’efficacité de cette action.

    LE POUVOIR LE PLUS FÉROCE TIRE TOUTE SA PUISSANCE DE SON PEUPLE!
    Ainsi, dès l’instant où la population refuse d’obéir, l’État n’a plus de pouvoir. Un peuple peut donc résister sans violence par la désobéissance et provoquer l’effondrement d’un État illégitime.

    Un peuple peut donc résister sans violence par la désobéissance et provoquer l’effondrement d’un État illégitime.

    AVEC LA DÉSOBÉISSANCE CIVILE DENIS SASSOU NGUESSO ET SON RÉGIME DOIVENT ÊTRE EN POSITION DE FAIBLESSE TOTALE.

    L’OBJECTIF EST QUE DENIS SASSOU NGUESSO NÉGOCIE SON DÉPART OU SA CHUTE ET LE PEUPLE CONGOLAIS PAR SA DENSITÉ DE MATIÈRE ET DE NEURONES SERA LIBÉRÉ PAR LUI-MÊME, C’EST A DIRE QU’IL SERA FIER DE LUI-MÊME ET SERVIRA DE MODÈLE AUX PEUPLES DU CONTINENT NOIR.

    C’est principalement Gandhi en Afrique du Sud et en Inde, Martin Luther King aux États-Unis, Mandela en Afrique du Sud, les Mères de la Place de Mai en Argentine et la contestation du pouvoir soviétique dans les années 1980 qui en ont montré l’efficacité de la désobéissance civile.

    Oui, la désobéissance civile est le préalable vers le processus de l’alternance politique au Congo Brazzaville !
    A SUIVRE AU CONGO- BRAZZAVILLE ENTRE 2014 A 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *