Nationale

Intelligence économique et développement : le futur train urbain ivoirien

Inauguration du Sige d'Airtel ? Kigali (Rwanda) en pr´sence du Premier Ministre, Pierre Damien Habumuremyi le 30.03.2012 © Cyril Ndegeya

Après plusieurs mois de tractations, le gouvernement ivoirien vient de conclure un accord de négociation avec le consortium franco-coréen pour la construction du d’un train urbain à Abidjan.

Ce projet qui, selon l’accord coûtera un milliard d’euros, et considéré par de nombreux Abidjanais comme un bijou est une preuve de développement, permettant à désenclaver de nombreuses banlieues et de résoudre de nombreux problèmes de transport rencontrés dans la capitale économique de la Côte-d’Ivoire.

Pour de nombreux Congolais qui se rappelleront toujours de la distribution gratuite il y a quelques mois, par le dictateur Denis Sassou Nguesso, de plusieurs milliards de francs CFA à la Côte-d’Ivoire, cette information est une preuve qu’un homme ayant une ambition pour son pays, peut le conduire, à travers un vrai projet, vers l’émergence ou le développement.

A croire que Denis Sassou Nguesso qui tient à rester par tous les moyens au pouvoir, est incapable 30 années après, de doter Pointe-Noire, capitale économique et pétrolière du Congo, d’infrastructures routières.

Loin de revenir sur les événements ou les conditions qui ont conduit à l’élection du président Alassane Ouattara, l’on peut se permettre « saluer » l’intelligence politique et économique dont fait montre cet homme.

Alors que Denis Sassou Nguesso distribue de l’argent et demande pleurnichant, à l’Union européenne de financer la construction d’infrastructures routières africaines, Alassane Ouattara lui, monte des projets ambitieux, va à la recherche des financements et conclut des accords pour la construction de son pays.

Les travaux de ce projet, dont les termes de l’accord ne prévoient aucun financement public, débuteront au premier trimestre 2015 et dureront sept années, avec un premier tronçon dont la mise mis en service est prévue en 2016.  Plus de trois cents mille personnes seront transportées par jour pour une fréquence de 10 à 30 minutes.

Le peuple congolais qui voit son argent être distribué gratuitement par Denis Sassou Nguesso, à des pays ayant plus d’infrastructures que le Congo, s’organise et lutte pacifiquement pour obtenir le départ du dictateur du pouvoir.

La réalisation du projet alternatif pour le développement permettra de « sortir » le Congo de la liste des pays pauvres très endettés inscrit par Sassou Nguesso, et de le « hisser » sur la liste des pays émergents, mieux développés.

MCCD : La Voix du Peuple Libre        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *