Nationale

Fin de règne :de la réunion secrète au projet de voyage sur Paris, Denis Sassou Nguesso a-t-il compris le message populaire ?

Sassou-pleur

Le 31 octobre dernier, quelques jours après le lancement du PRINTEMPS AFRICAIN au Burkina Faso, le capitaine Blaise Compaoré, acculé par le peuple, renonçait dans un communiqué à son accrochement au pouvoir qu’il a dirigé pendant plus de 27 ans.

Confiant de la détermination du peuple burkinabé dont nombreux acteurs ont rassuré les réseaux du MCCD présents sur le terrain de faire plier d’actuels profito-situationnistes et faire triompher la démocratie, le Noyau politique de la Voix du peuple libre se pose la question de savoir si le dictateur congolais Denis Sassou Nguesso « a compris le sens de ce message populaire » ?

En effet, d’après nos sources, le dictateur congolais qui avait réuni à Oyo le 01 novembre dernier les plus proches de ses lieutenants s’apprêterait à effectuer un voyage sur Paris le 08 novembre prochain. Il aurait demandé aux siens de faire déplacer hors du Congo le maximum possible, tout bien.

Le voyage sur Paris aurait pour but entre autres, la rencontre de certains faux opposants de la diaspora pour une énième farfelue offre d’ouverture ou de dialogue, des échanges avec nombreux de ses amis occidentaux et françafricains afin d’obtenir conseils et garantie de soutien des autorités françaises.

En usant des mêmes tactiques suicidaires que l’ancien capitaine burkinabé Blaise Compaoré, le général d’armée congolais Denis Sassou Nguesso a-t-il vraiment compris que « ni le clan, ni de faux opposants complices, ni des lobbies étrangers ne sauraient le protéger contre la colère d’un peuple meurtri qui a peu sommeillé mais dont le réveil est  inévitablement foudroyant » ?

Tout comme Blaise Compaoré qui croyait que la garde présidentielle, les promesses de faux opposants de soutenir le projet de « révision constitutionnelle »,  les conseils et promesses de soutiens de certains amis occidentaux pouvaient changer son destin scellé par la détermination du peuple burkinabé épris de paix et de liberté, le clan, de faux opposants et certains amis occidentaux ne pourront jamais changer le destin de Denis Sassou Nguesso scellé par la soif de liberté du peuple congolais meurtri, humilié, terrorisé, endeuillé pendant plus de trois décennies.

A croire que le journal au service du dictateur congolais, Les Dépêches de Brazzaville, dans son éditorial « Les soubresauts » du 02 novembre n’a même pas daigné pointer du doigt la vraie raison de la chute de Blaise Compaoré qui n’est que son obsession a vouloir réviser la constitution. Ce journal évoque comme raison, le développement économique extrêmement rapide des pays africains qui se traduit par des revendications sociales de plus en plus fortes.

Le Noyau politique du MCCD se pose la question de savoir si l’éditorialiste de ce journal griot ne rêverait pas lors de ses écrits être dans un autre monde ?

Il est clair que, quelques soient les agitations du général despote congolais, un seul choix se présente à lui : « l’annonce publique du non changement de la constitution » s’il souhaite et tient un seul instant à sauver le minimum du futur des siens.

Après cette annonce obligatoire, les combattants pour la liberté se retrouveront avec des forces vives et toutes les couches sociales de la Nation pour définir les bases de la construction de notre patrie.

MCCD : La Voix du Peuple Libre

3 comments on “Fin de règne :de la réunion secrète au projet de voyage sur Paris, Denis Sassou Nguesso a-t-il compris le message populaire ?

  1. Anthropologie africaine – vous aviez peut-être dû le remarquer souvent que les insectes hument de manière répétitive la nourriture odorante. En effet, vous aviez beau les chasser, ils reviennent tous à la charge des odeurs que dégagent les aliments odorants – c’est dû au déterminisme naturel.

    Et pour cause – la mémoire des insectes ne dure que moins de 5 secondes, top chrono.

    Cependant, la mémoire individuelle ou collective des africains ou des congolais serait t-elle comparable à celle des insectes? Oui, c’est à peu près !

    Sinon, comment expliquer l’euphémisme de la mémoire africaine ou congolaise? Alors qu’est ce que le diable Macky Sall est-il réellement allé faire à Oyo(capital anti-démocratique congolaise) ou chez le Diable Sassou Nguesso ? Il n’en sera sûrement pas reparti les valises vides comme tout bon visiteur qui honore cette ville et notre dictateur !

    L’allégeance du président Macky Sall envers son homologue et doyen congolais, alla jusqu’à se rendre en sa compagnie, au cimetière de Kona Kona, pour s’incliner devant les tombes de ses parents disparus.

    On savait que la Fête des Morts chrétienne était devenue une fête nationale imposée par le pouvoir dictatorial, mais que des chefs d’Etat étrangers s’y prêtent, pour eux, relève de la honte plus que du ridicule… !

    Par conséquent, un individu ou un peuple qui ignore ou oublie vite, très vite son histoire, son passé et la réalité est celui qui se ridicule par lui-même, se décrédibilise et ne sera jamais respecté par des individus ou par des peuples qui ont une longue, très longue mémoire.

    La durabilité de la mémoire d’individu ou d’un peuple est dans la signification de la société et de la civilisation. On ne peut parler de respectabilité interraciale ou interculturelle d’un peuple que lorsque celui-ci s’affranchit dans le temps à l’euphémisme mémorial. Tant qu’à faire?

  2. Sanellie Tamba-Tamba et Isidore Aya Tonga – Constitution Modification ou changement?
    Un intellectuel est une personne dont l’activité repose sur l’exercice de l’esprit, qui s’engage dans la sphère publique pour faire part de ses analyses, de ses points de vue sur les sujets les plus variés ou pour défendre des principes ou valeurs plus ou moins partagées.

    Que vous soyez intellectuel ou philosophe – avoir toujours de la conscience au dessus de l’appartenance -la liberté de conscience !
    La liberté de conscience désigne le choix fait par un individu des valeurs ou des principes qui vont conduire son existence. Ce choix est de manière générale plus ou moins encadré par les lois du lieu d’existence -l’existentialisme !

    Sanellie Tamba-Tamba et Isidore Aya Tonga – Constitution Modification ou changement?
    C’est une vidéo inédite pour le Congo de demain: https://www.youtube.com/watch?v=Tkvk7Ak7YSY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *