Nationale

Esclave du pouvoir: La marche d’un dictateur vers l’abrogation de sa propre constitution

Sassou-Hitler

Dans sa publication du 01 octobre 213, intitulée «Pouvoir à vie: les 4 propositions sur la table du dictateur Denis Sassou Nguesso», la Voix du Peuple Libre indiquait comment quatre propositions étaient à l’étude par les services de réflexions du dictateur Denis Sassou Nguesso pour lui permettre de maintenir le peuple Congolais à la servitude au-delà de 2016. Selon nos sources, le dictateur Denis Sassou Nguesso qui a totalement écarté la stratégie 3 qui consistait à procéder à la Poutine, aurait retenu la quatrième stratégie, suivie des deux premières dont l’ordre d’actions serait schématisé comme suit:

(4)Stratégie de guerre et de terreur

(1) Modification de la constitution par le parlement                                             (2) Modification de la constitution par référendum

Comme l’indique ce schéma, la stratégie 4 représenterait le premier choix du dictateur Denis Sassou Nguesso. Sauf que celle-ci, suspendue à la tenue du sommet de l’Elysée, aurait été activée le 10 décembre 2013. En effet, le dernier séjour du dictateur Denis Sassou Nguesso à Paris l’aurait permis une offensive diplomatique et de communication auprès de nombreux réseaux. Cela a ainsi permis au dictateur de demander des services  certains constitutionnalistes internationaux sur les moyens qui lui permettent de s’éterniser au pouvoir (source : LC N°672). Il se serait aussi mis en confiance grâce à son dernier succès d’avoir réussi à imposer, à coups de millions de pétrodollars, son méprisé souvent ami politique-souvent ennemi sentimental, le général Jean Marie Michel Mokoko à la tête de la Misca. C’est pourquoi, dès le 10 décembre, une psychose est entretenue à Brazzaville sur l’éventuelle arrestation du malheureux colonel, Marcel Ntsourou. Cette stratégie consistait à faire grouper plusieurs partisans de ce méprisé officier supérieur autour de sa résidence, afin que la résistance à son arrestation conduise à des combats très violents. Le pauvre officier qui, en 1997 avait déjà fait montre d’une grande folie en trahissant son serment pour soutenir un chef rebelle, le général Denis Sassou Nguesso, à revenir au pouvoir par les armes, serait une fois de plus, tombé dans le piège du dictateur, autrefois son chef préféré. Dans cette stratégie de terreur, le principe est clair: ‘‘tout detruire, même des animaux, afin de montrer le caractère brutal et morbide du pouvoir ». La suite de cette stratégie est donc claire. «Détruire toute velléité de révolte du peuple Congolais en le maintenant dans la peur et la terreur, et procéder à la révision de sa constitution (stratégies 1et 2). Sinon, décréter l’Etat d’urgence qui passe par l’abrogation de cette constitution, la définition d’une période de transition de deux ans maximum». Dans l’agenda défini, la période d’abrogation de la constitution serait fixée au deuxième semestre 2015. Car selon les ennemis de notre peuple, le président Français, François Hollande, qui serait à cette période de plus en plus tourné vers les préparatifs de sa campagne pour l’élection présidentielle de 2017, ne pourrait plus s’intéresser activement au désordre du dictateur. Pire, misant sur la défaite de la gauche aux municipales et aux européennes, ils seraient convaincus que celle-ci ouvrirait un boulevard au retour de l’ancien président Français, Nicolas Sarkozy, fin 2015.

C’est pourquoi chers amis, vaillant peuple, le MCCD: La Voix du Peuple Libre, invite chacun de nous à plus de vigilance, plus de sagesse, plus d’audace, plus de patriotisme, afin de ne pas céder à la provocation du dictateur Denis Sassou Nguesso et ses valets. Travaillons ensemble de façon plus active pour affaiblir l’ennemi de notre peuple, qui croit à travers ces événements du 16 décembre 2013, avoir repris du souffle en détruisant les espoirs de liberté de notre peuple. A nos vaillants soldats, « évitons de donner l’occasion au fou malade, esclave du pouvoir, de tuer notre peuple à volonté. Cela ne sert à rien de faire des déclarations tapageuses inutiles tendant à faire croire que l’on s’arme. Un soldat qui s’arme réellement ne doit pas l’annoncer sur la place publique. Intégrons chacun, la notion de l’humilité. Ne donnons pas des armes à l’ennemi de notre peuple, qui n’a pour stratégie d’action que la force et la guerre. Il ne devra plus mentir avoir été réveillé de son sommeil.»

Que le dictateur et ses laquais sachent et le notent très bien: «Nous les vaincrons avec les acquis pacifiques de notre peuple». Et, qu’ils nous croient vraiment.

MCCD: La Voix du Peuple Libre

One comment on “Esclave du pouvoir: La marche d’un dictateur vers l’abrogation de sa propre constitution

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *