Internationale

Endettement du Congo :incompétence économico-financière ou irresponsabilité des gouvernants ?

Pluies Brazzaville

Dans son édition du 23 juin 2014, le site bloomberg.com annonçait le plan du pouvoir de Brazzaville de lever 1.5 milliards de dollars soit 997.5 milliards de francs CFA (997.500.000.000 FCFA) par la vente des titres obligatoires liés (credit-linked notes en Anglais) à travers la société Frontera Capital BV pour des intérêts annuels allant de 6 à 6.5% et ce, sur 6.5 ans.

Afin de comprendre, dans un langage plus simple, cette énième folie d’endettement de notre pays, déjà inscrit sur la liste des pays pauvres très endettés à cause d’un seul homme, le Noyau politique du MCCD a demandé à ses partenaires économiques et financiers de lui faire un point sur le coût réel de cet endettement à notre pays.

Ainsi, loin de vous transporter dans un univers de formules financières complexes pour déterminer le sens des pourcentages, le Noyau politique du MCCD a simplement relevé le fait que cet endettement devra coûter annuellement au peuple congolais, rien que pour les intérêts, plus de 97.5 millions de dollars (97.500.000 $), soit 487.5 millions de dollars (327.187.500.000 FCFA) en 6 ans et demi.

A croire que ce qui avait motivé ce pouvoir irresponsable d’inscrire notre Congo sur la liste des pays pauvres très endettés était l’annulation de 1.9 milliards de dollars de dette, avec pour but « l’augmentation de 6% de ses provisions et ce jusqu’en 2019 » stimulée par la production plus élevée du pétrole et la production du fer. Comment alors comprendre le fait que ce pouvoir s’engage à endetter le Congo avant même cette date estimée par le FMI ?

Afin de bien comprendre le contenu du contrat dont le type de CDS (échange de défaut de crédit) joue un grand rôle dans le calcul du pourcentage d’intérêt, nos partenaires économiques et financiers ont tenté de prendre contact, « en vain », avec la société Frontera Capital BV. Ils ont néanmoins noté que Frontera Capital, fondée en 2002 par l’Américain Eric Manlunas et basée aux Pays-Bas, appartient depuis août 2011 à la société Siemer Ventures et comble le déficit de financement de jeunes compagnies en difficultés.

L’explication de monsieur Vicente Pons de Frontera Capital selon laquelle, la facilité d’emprunt due à une transaction moins complexe aurait conduit les autorités de Brazzaville à faire le choix des titres obligatoires que celui des Eurobonds, n’est pas du tout fondée. Tout financier sait qu’il est plus complexe de procéder par des titres obligatoires dont la détermination ou le calcul du pourcentage d’intérêt reste plus complexe et subjectif que pour les Eurobonds. Et surtout pour le cas du Congo dont il n’y a pas de risque d’insolvabilité; car l’engagement pris par des irresponsables du pouvoir de Brazzaville est lié à la production du pétrole.

Il sied de rappeler que le rôle des produits dérivés dans la crise financière mondiale de 2007-2008 a conduit le gouvernement américain d’interdire la vente de nombreux produits dérivés aux Etats-Unis.

Nous ne pouvons vraiment pas croiser les bras et laisser le pouvoir incompétent et irresponsable de Brazzaville mettre à genoux notre nation et tout son peuple sur plusieurs générations.

Quels sont les projets de développement que ce pouvoir finissant a conçus qui le conduisent à endetter autant notre peuple sur des générations ? Alors que des pays tels l’Angola, le Rwanda, le Nigéria investissent dans des produits financiers dont les bénéfices serviront à des générations futures, le pouvoir irresponsable de Brazzaville s’octroie des crédits qu’il va dépenser avec gabegie et dont les intérêts seront payés par des générations futures. Les acteurs de ce pourvoir réalisent-ils vraiment le mal qu’ils font à leurs progénitures ?

Il est clair, que le peuple congolais doit mettre fin à ce pouvoir incompétent, irresponsable et inhumain, incarné par le général d’armées Denis Sassou Nguesso, et construire les bases d’une nation digne dotée de femmes et hommes compétents, responsables et humains.

Le Noyau politique du MCCD, plus que jamais engagé et déterminé à accompagner notre peuple à ce défi, étudie tous les moyens lui permettant de signifier, dans une correspondance officielle au groupe Siemer Ventures, que tous les engagements pris par ce pouvoir finissant seront rendus nuls et sans effets, le jour de la liberté de notre peuple.

MCCD : La Voix du Peuple Libre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *