Nationale

Constitution :le béninois Boni Yayi dit « Non » à la modification et dit «fermement» partir le 05 avril 2016

Sassou-Boni Yayi

Entre un homme qui dit clairement défendre la constitution de son pays et partir le jour de la fin de son mandat et un homme qui chosifie les anciens des villages et même des handicapés tout en distribuant des pétrodollars aux lobbies étrangers afin de le soutenir dans une aventure suicidaire de changement de sa propre constitution, qui est vraiment le plus sage?

Vous comprenez à travers les mots clairs de cette vidéo, pourquoi le président béninois Boni Yayi n’est plus le bienvenu chez le dictateur congolais Denis Sassou Nguesso.

Mieux vaut un dictateur à vie sur une chaise roulante mais obtenant les excuses publiques d’un colon sur le caractère inhumain de la colonisation et donnant de l’eau potable à son peuple, qu’un général fêtard construisant des mausolées à la gloire du colonisateur et mettant des jets privés à la disposition des capitalistes égoïstes, alors que plus de 80% de son peuple n’a pas accès à de l’eau portable.

Le général d’armées despote et pillard Denis Sassou Nguesso est à la croisée des chemins.

Va-t-il enfin entendre toutes ces voix qui s’élèvent et décider de partir en 2016 ? Ou va-t-il faire le choix du suicide en organisant un faux référendum pour changer sa propre constitution ?

Quoi qu’il fasse, le dictateur Denis Sassou Nguesso sera vaincu et contraint à la sortie par notre peuple

Il répondra en toute liberté et dans le respect des règles de justice, à toutes les plaintes qui sont instruites non pas contre sa personne, mais contre les différents personnages immondes, maléfiques et assassins qu’il aura incarnés durant son règne.

MCCD : La Voix du Peuple Libre

 

2 comments on “Constitution :le béninois Boni Yayi dit « Non » à la modification et dit «fermement» partir le 05 avril 2016

  1. Sassou est une ordure aux deniers ou comptes publics. Imaginez que cette ordure n’est plus au pouvoir en 2016 – il est arrêté et conduit dans un lieu tenu secret » secret d’état » puis maltraité(humilié, giflé et insulté à mort) pendant toute la durée de la captivité de cette ordure avant un éventuel procès.

    Il aura accès qu’à la nourriture, mais pas à ses produits cosmétiques et encore moins à ses médicaments.
    L’enjeu est qu’il meurt le plus vite possible et son cadavre, une affaire d’état. Sassou ne sera pas jugé, il sera assassiné par les services secrets de la nouvelle république.

    Personne ne saura là où enstérée cette ordure du peuple(affaire d’état). Nous y tenons et le ferons sans état d’âme….

    Après, la justice du peuple s’occupera des cas JDO, KIKI, KOKO, etc qui seront tous en prison pour de nombreuses années.

    Mot clé: tolérance zéro, impunité zéro, etc

    A suivre en 2016 ou avant?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *