Nationale

Constitution et Eglise : le « Non » des évêques de la RDC à Joseph Kabila peut-il sortir leurs frères de l’autre rive du mutisme complice ?

Eglise RDC

Inquiets du climat de grandes tensions qui ne cessent de prendre de l’ampleur dans les milieux sociaux et politiques, les évêques de la Cenco (Confédération Episcopale Nationale du Congo) ont clairement dit « Non » à la modification de la constitution, qui permettrait à Joseph Kabila de briguer un troisième mandat, contrairement à l’article 220.
Les évêques de la RDC dont, la mise la mise garde en février dernier contre la modification de la constitution avait valu une publication de la Voix du Peuple Libre,  ont dans un communiqué rendu public ce mardi 1er juillet 2014 par la voix de l’abbé Léonard Santedi Kinkupu, exhorté l’actuel chef de l’Etat à ne pas briguer un troisième mandat en 2016, afin de permettre l’alternance démocratique en République Démocratique du Congo.
Après les évêques du Burkina Faso et du Burundi qui depuis longtemps, avaient respectivement exhorté Blaise Compaoré et Pierre Nkurunziza de ne pas modifier de constitution et ne pas briguer chacun un troisième mandat, et après ceux de la RDC, tous les yeux sont désormais tournés vers les évêques du Congo Brazzaville.
Les évêques de Brazzaville vont-ils se servir d’exemple du vent de l’alternance démocratique et de la foi au service des peuples qui est arrivé sur le sol Congo et qui souffle depuis l’autre rive du fleuve, afin de sortir de leur mutisme complice et exhorter dans des mots fermes et pleins d’apaisement, le dictateur Denis Sassou Nguesso, qui a dernièrement rencontré leur chef, le Saint-Père, au Vatican ? Ou vont-ils faire le choix de jouer le jeu du despote mécréant en targuant qu’il serait l’homme qui ferrait la paix au Congo, au-dessus de Dieu ?
Le message de l’abbé Léonard Santedi le 20 avril dernier sur radio Okapi, à l’occasion de la fête de Pâques en disait long. Il déclarait « La fête de Pâques, pour les chrétiens catholiques, c’est la fête des fêtes. Cet événement fête la victoire du bien sur le mal, de la vie sur la mort, de la lumière sur les ténèbres, de l’espoir sur toute forme de désespoir et de fatalité ».
Les évêques de Brazzaville vont-ils aussi considérer la fête de Pâques qu’ils venaient de célébrer le 20 avril dernier comme la « victoire du bien du peuple congolais sur le mal de Denis Sassou Nguesso, la lumière de l’église sur les ténèbres de la maison de Mpila, l’espoir de démocratie et de liberté sur toute forme de désespoir du despotisme et de fatalité de dictature ? ».
Saluant le courage dans la foi et le respect de la parole divine dont font montre les évêques de Burkina Faso, du Burundi et de la RDC, le noyau politique du MCCD, la Voix du Peuple Libre, interpelle la conscience de chacun des hommes d’église congolaise, de faire le choix du peuple de Dieu le tout puissant, contre le peuple de satan le roi des faibles, et exhorter Denis Sassou Nguesso de ne pas modifier la constitution et ne pas briguer un troisième mandat.

MCCD : La Voix du Peuple Libre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *