Nationale

Congo Brazzaville : un pays développé pour des éditorialistes des Dépêches de Brazzaville

Les depeches de Brazzaville

Dans leur participation au galop de spectacles de con le plus idiot et le plus comique au service du dictateur despote Denis Sassou Nguesso, les éditorialistes du journal « Les Dépêches de Brazzaville », remporteraient le prix de « griots obscurantistes », au point de dévaloriser une profession aussi noble qu’est le journalisme.

Depuis plusieurs mois, il ne manque pas deux éditoriaux successifs dans lesquels le journal que l’on se permettrait de qualifier de « satirique de la planète des aveugles »,  n’ait vu du Congo, un pays développé grâce au projet destructeur du « chemin d’à venir » porté par le général d’armées, au point où dans son éditorial de ce jour, le journal justifie le fait que des populations à qui l’on donne de faux billets et pétrodollars demandent à Sassou Nguesso de rester à vie au pouvoir.

Tantôt le Congo Brazzaville est présenté par le journal comme le futur centre de l’Afrique, tantôt l’axe diplomatique incontournable pour le monde, tantôt le futur pôle hospitalier et universitaire d’Afrique. Tous les indicateurs qui permettent de classer un pays parmi des pays développés y passent.

Malheureusement, des éditorialistes du journal griot trompant le général poltron, ont toujours joliment peint le Congo dans un temps « futur » : le Congo sera, Brazzaville deviendra… Jamais le Congo est…

Une simple manière de dire au dictateur qu’ils font correctement leur job pour lequel ils sont payés.

Mais aussi une manière de dire aux Congolais que ce qu’ils écrivent n’est pas réalité. Ils le souhaitent vivement parce que le Congo en a des atouts.

Pour preuve, lorsque ce même journal parle de la grève des étudiants ou des étudiants congolais qui auraient d’opportunité d’aller étudier au Maroc, il utilise le temps présent et non futur.

C’est dire combien la facilité au matériel peut rendre certains indignes et malhonnêtes.

Les Dépêches de Brazzaville seraient-ils informés ou auraient-ils compris que Denis Sassou Nguesso ne se permettra jamais de franchir la ligne rouge ? Denis Sassou Nguesso ne prendra jamais le risque d’affronter la colère de notre peuple. Il en est conscient et son entourage le plus proche le sait.

D’ailleurs, s’il pouvait se le permettra, pourquoi n’aurait-il pas choisi la voie de son parlement godillot de changer la constitution ? Pourquoi vouloir agiter de faux sages qui ne représentent rien dans son administration dictatoriale ?

De vrais analystes l’auront déjà compris : « Denis Sassou Nguesso a peur et ne pourra jamais s’engager à empirer sa situation ».

Sa réponse à ses partisans de la Cuvette qui lui ont demandé de changer la constitution en dit long : « Il revient au peuple de décider ». Pour ses partisans qui ne l’ont  pas encore compris ou font semblant de ne pas le comprendre : « le général d’armées n’a pas le contrôle de la situation ». Seule sa femme qui dort à ses côtés sait comment le dictateur aux abois, faisant semblant dans la journée, passe ses nuits.

Denis Sassou Nguesso souffre beaucoup. Sachez lire ses derniers agissements, vous comprendrez la souffrance que vit l’homme des masses.

Savez-vous pourquoi un fils du clan qui s’est toujours vu en bon successeur vient finalement de décider de lâcher Jésus Christ et Dieu son père qu’il disait il y a quelques mois seulement avoir rencontrés et dont il disait avoir entendu la voix ?

Denis Sassou Nguesso sera vaincu. Et il en est conscient. Tant pis pour ceux qui hésitent encore.

Pour Les Dépêches de Brazzaville et son directeur, poursuivez votre œuvre indigne. Mais sachez quitter à temps le bateau avant qu’il n’ait chaviré. Sinon vous le regretterez.

MCCD : La Voix du Peuple Libre

One comment on “Congo Brazzaville : un pays développé pour des éditorialistes des Dépêches de Brazzaville

  1. Nous sommes tous loin d’être inquiet comme je le suis depuis que j’aurai appris que le Congo est entrain de construire un pipeline qui acheminera le pétrole de Pointe-Noire jusqu’au Nord du pays. Nous ne sommes pas capable de une seule industrie congolaise, en dehors des usines de boissons (Alcool ) que l’on a mis à notre disposition pour que nous mourons vite d’alcoolisme.
    Pourquoi ce pipeline au lieu de construire des Vraies Industries qui vont nous alléger de la dépendance vers l’extérieur, en ciment par exemple là aussi j’entends dire que Cidolou exporte presque tout son ciment en Chine et eux nous envoie le leur ???
    Où est-ce que Nous traînons le Congo, c’est dommage et Nous serons toujours en retard en AFRIQUE, dommage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *