Nationale

Congo Brazzaville : un dictateur arrogant-une opposition dépendante-une société civile complice

Processus electoral

La publication des résultats d’un recensement fallacieux par l’administration dictatoriale ne cesse de provoquer l’indignation de nombreux acteurs politiques et sociaux qui, comme d’habitude ont toujours accompagné le dictateur Denis Sassou Nguesso dans son aventure destructrice contre la nation congolaise.

De l’UPADS morcelée à l’PAD du retraité colonel Emmanuel Ngouélondélé, en passant par l’Union pour la nation de Bonaventure Mbaya, les cris dans des salons, dans des salles de réunions et à travers des déclarations écrites, sont allés dans le même sens : montrer à l’opinion nationale et internationale le cynisme du despote Denis Sassou Nguesso.

Alors que les uns annoncent leur retrait du processus engagé avec leur bénédiction, tout en précisant n’avoir aucun moyen d’exiger le recul des forces de Denis Sassou Nguesso, d’autres disent poursuivre des actions de courbette à l’endroit du pouvoir de « fait » de Brazzaville dont ils reconnaissent le mépris à leurs égards. Certains pleurnichant n’avoir toujours pas été reçus par un des ministres de l’usurpateur Denis Sassou Nguesso.

Sûr et confiant de la force de sa stratégie « les chiens qu’il nourrit aboient et sa caravane passe», le dictateur Denis Sassou Nguesso poursuit sa marche : l’entrée dans la danse de la société civile pour enfoncer le clou de la diversion.

En effet, le Fosocel « Forum de la société civile pour les élections libres », un conglomérat d’organisations de la société civile au service du pouvoir, a créé le mardi 11 mars 2014, un cadre d’échanges, de concertation et de planification des activités des plates-formes œuvrant en matière électorale.

Les responsables de ce fameux forum voudraient l’élargir à d’autres sensibilités telles les confessions religieuses, les organisations des populations autochtones. Ha, drôle de diversion !

Saluant l’esprit de la concertation politique de Dolisie, ce forum recommande entre autre à la communauté internationale de soutenir le Congo du despote Sassou dans sa marche « inexorable » vers la consolidation d’un Etat de droit et de la démocratie.

N’ayant pas jugé nécessaire de faire de commentaires sur ce recensement considéré comme un « non-événement », le Noyau politique de la Voix du Peuple Libre réaffirme sa conviction sur l’impossibilité d’obtenir le départ du pouvoir, du dictateur Denis Sassou Nguesso par la voie d’élections factices.

Seul le combat contre la dictature qui prenne base les acquis de notre peuple nous permettra d’exiger et d’obtenir le départ du dictateur Denis Sassou Nguesso.

MCCD: La Voix du Peuple Libre

2 comments on “Congo Brazzaville : un dictateur arrogant-une opposition dépendante-une société civile complice

  1. Vous avez pleinement raison de ne pas appuyer votre réflexion sur ces résultats électoraux très fantaisistes du faux ministre de l’Amenagement du territoire , ce ministre d’Oyo fabriqué à la pelle par le clan tribal ; un gouvernement à 90% de la Cuvette où les résultats électoraux comme ceux des urnes ne reflètent aucune realité objective. Nous attendons vivement un autre Mitterand avec un deuxième discours de la Baule pour degager de force ces assoiffés de pouvoir lequel ils ne peuvent vivre.

  2. Il est né truant, il a grandit truant et il vieillit truant. Ce monsieur ne peut pas dire la verité. Il n’aime pas la verité mais il aime le mensonge car c’est le mensonge, la démogogie qui l’a conduit au pouvoir. Un marxiste-leniniste ne peut pas aimer son prochain ni le people du pays ou il est soi-disant president. Le dictateur sa science c’est mentir. Sa politique c’est mentir. Ne dit-on pas au Congo Brazzaville que la politique c’est l’art de mentir. Et cet art appartient au général des armées dictateur. Sur tout son parcours sassou1 ou sassou2, il n’a jamais dit la verité. Il ment, il tue, il emprisonne, il dénonce, fabrique des boucs émissaires, il ecarte, exclut les autres congolais, il assassine, il detruit des générations entières. Qui croit en lui pour dire qu’il peut organiser des élections libres et tansparentes? Le peuple congolais n’a plus besoin des élections ou recensement pendant qu’il est encore là. Le peuple congolais aujourd’hui a besoin d’expirer et inspirer un air frais rempli de liberté, de delivrance réelle pas fantaisiste.
    Le peuple congolais aujourd’hui attend un nouveau chef plein d’amour pour son prochain. Vive le peuple congolais, vive le Congo avec un chef à la tête.
    Oh merci Seigneur Jesus! Qui peut faire ca si ce n’est toi? Sois beni mon Dieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *