Nationale

Congo Brazzaville : encore hanté par les démons « dakarois », le dictateur congolais aurait refusé de participer au forum sur la sécurité en Afrique

Dakar-Forum sur la paix et la sécurité

Le lundi 15 décembre, soit deux semaines après le sommet de la francophonie, ont démarré à Dakar les travaux du « forum international sur la paix et la sécurité en Afrique ».

Réunissant plus de 350 participants, un succès à en croire nos observateurs présents à Dakar, ce forum est présenté par de nombreux acteurs comme une forme de « Davos de la sécurité en Afrique ».

D’après nos sources présentes à Dakar, l’absence remarquée du dictateur congolais ferait l’objet de plusieurs échanges dans les couloirs de ce forum annoncé lors du sommet de l’Elysée du 06 au 07 décembre 2013 et coorganisé par le gouvernement français et l’Etat sénégalais.

Contrairement à sa promesse de « présence personnelle à ce sommet » faite au président sénégalais lors de son séjour Oyosien en novembre dernier, le dictateur Denis Sassou Nguesso, médiateur autoproclamé et de plus en plus contesté dans le conflit centrafricain aurait décidé de « ne pas honorer sa propre parole ». Pire, il n’aurait même pas daigné informer personnellement le président Macky Sall.

Encore « hanté par les démons dakarois » et n’ayant toujours pas digéré l’affront subi lors du dernier sommet de la Francophonie, l’homme qui a toujours tenu se faire une virginité d’homme de paix n’aurait pas souhaité revivre, dans une plongée rétrospective, les événements psychologiquement douloureux de Dakar.

Bien que, le ridicule ne tue pas pour le général d’armées autrefois moqué par ses adversaires comme étant « une femme », repartir si tôt pour Dakar était un acte d’abaissement total à ne pas poser. Comment rencontrer le jeune Sall lui tendant la main tout souriant ? Il n’a pas voulu offrir ce spectacle dont l’image photographique allait faire le tour du monde.

Le malheur des uns faisant bien le bonheur des autres, Idriss Deby Itno, le chef de l’Etat tchadien en froid avec Denis Sassou Nguesso depuis plusieurs mois pour raison de leadership sous-régionale, jouerait les vedettes à Dakar.

D’après nos sources, au moment où nous préparions cette publication, le président sénégalais Macky Sall serait entouré de ses pairs, le mauritanien Mohammed Ould Abdel Aziz, le tchadien Idriss Deby Itno, le malien Ibrahim Boubacar Kéita, mais aussi l’ancien président nigérien Olusegun Obasanjo, le ministre français de la Défense Yves Le Drian, le président de la crois rouge Peter Maurer et l’ancien ministre sénégalais des Affaires étrangères Cheikh Tidiane Gadio.

Bien que sa présence ait été annoncée, l’absence du chef de l’Etat togolais Faure Gnassigbé alimenterait aussi les dernières conversations des couloirs du forum international sur la paix et la sécurité en Afrique.

Selon certaines sources, « la main de son gourou franc-maçonnique Denis Sassou Nguesso serait passée par là ». Le rancunier dictateur congolais aurait travaillé pour l’échec de ce forum.

Espérant que ce forum auquel l’on a noté la participation de plusieurs acteurs internationaux importants permette de poser les bases d’une vraie stratégie de sécurité et de paix en Afrique, le Noyau politique du MCCD se pose la question de savoir : « comment le dictateur Denis Sassou Nguesso pourrait-il justifier et faire accepter à la communauté internationale les énièmes violences qu’il voudrait provoquer au Congo afin de lui permettre de changer la constitution et mourir au pouvoir ? ».

Heureusement que les combattants pour la liberté sont plus que jamais mobilisés à considérer « Nulle et sans effet » la énième « mascarade de dialogue » que ses valets, ses complices et son clan voudraient organiser entre eux pour une fois de plus, donner à leur chef, leur ami et leur gourou, le dernier souffle qui va le conduire jusqu’à la chute imminente.

La patrie ou la mort nous vaincrons. 

MCCD : La voix du Peuple Libre

2 comments on “Congo Brazzaville : encore hanté par les démons « dakarois », le dictateur congolais aurait refusé de participer au forum sur la sécurité en Afrique

  1. BIOGRAPHIE AVOUKOU/AYA TONGA…

    Le général Avoukou l’un des cousins éloigné de Monsieur AYA TONGA de la zone tribale « Akoua Opa » située dans le carrée « Makoua – Parc national d’Dzala – Mambili river – Ntokou ». Il était né à Mossaka mais d’origine Makoua – moi je suis né à Brazzaville appartenant à la même origine que lui.
    Il fait ses études primaire à Epéré, moi aussi – village situé à 38 km de Makoua sur la nationale N°2 à 22km de la rivière Mambili. Il passait son collège à Makoua puis le lycée à Brazzaville, la faculté de sciences de l’université Marien Ngouabi où il sortit avec une maitrise de géologie puis l’armée à Odessa et enfin sortit lieutenant en 1986.

    Quant à Isidore AYA TONGA, l’école primaire « Epéré » Makoua, le collège et lycée jusqu’en classe de première à Makoua et la terminal à Pointe Noire et enfin la faculté des sciences « Licence de sciences naturelles – option biologie » – enseigna au lycée Drapeau Rouge de Brazzaville.

    Il entra en France en 1991 – maitrise en sciences naturelles – sciences et techniques de l’environnement – diplôme d’ingénieur en gestion de l’environnement et du développement durable et puis d’autres diplômes.

    Il est actuellement auditeur environnemental indépendant et chef d’entreprise d’une start-up et des actions dans des sociétés de l’économie numérique – il n’est plus rentré au Congo depuis 1992 et jusqu’à nos jours.

    PARLONS DU CAS AVOUKOU CAR DENIS SASSOU NGUESSO A DIVISÉ ET DÉTRUIT DES VIES ET DES FAMILLES CONGOLAISES DU NORD AU SUD ET DE L’EST A L’OUEST !!! ON SERT SASSOU NGUESSO PUIS IL TE TUE ET CA RECOMMENCE SUR D’AUTRES VICTIMES.

    C’EST UNE ÉCONOMIE RENOUVELABLE DU CRIME POLITIQUE EN MODE CRIMINALITÉ POLITIQUE A L’ÉCHELLE DE SA DICTATURE CYNIQUE ! OUI, ON SERT SASSSOU PUIS IL TE TUE, LA REGLE DU REGIME OKEMBA/SASSOU…

    Le général Emmanuel Avoukou, homme de main du satan Sassou Nguesso, était aussi l’un des acteurs de l’affaire dite « des 353 disparus du beach à Brazzaville en 1999, une boucherie, un génocide ». Il a été empoisonné le 16 janvier 2013 par les experts de la crime au service exclusif du diable Sassou Nguesso.

    LA CHRONIQUE SUR LA MORT D’AVOUKOU !
    Quelques heures avant sa mort, il a eu une audience sans son garde du corps et en aparté, dans son bureau, avec deux hommes dont on ignore jusqu’alors leur identité.

    Deux heures après cette audience inopinée que son garde du corps revient et frappe plusieurs fois la porte de son bureau. On parle de la visite d’une jeune femme et d’un homme !

    Il ne réponds plus, aucun signe de vie, il est 14heures, heure locale. Mais dès que son garde du corps pénètre dans le bureau du Général Avoukou, il retrouve un corps sans vie allongé par terre à quelques mètres de la chaise de son bureau.

    Le garde du corps s’affole et va chercher le personnel encore en service ce jour là.
    Ils viennent et tentent en vain de le réanimer. Une décision est prise, c’est de le transporter tout de suite à l’hôpital des armées.

    Arrivée vers 15 heures, le médecin en poste ce jour-là, déclare que le général Emmanuel Avoukou est mort d’un arrêt cardiaque.

    Par ailleurs jusqu’à son enterrement à Makoua où sa tombe est dans la cour de sa maison dans le quartier d’Ekolaké, proche du centre-ville de Makoua ; aucune autopsie n’a été faite.

    Le défunt Avoukou est donc un cadavre sensible ou une affaire d’état, de silence éternel de tous des acteurs des 353 disparus du beach.

    QUESTIONS?
    Pendant cette audience et pour partager la convivialité, les auteurs de sa mort l’ont-il proposé quel type de boisson?

    L’objet du crime est peut-être dans cette boisson qu’il a dû certainement accepté de boire avec eux . Quel type de poison a-t-il pu être utilisé par provoquer une mort aussi rapide?

    Bien sûr que son garde du corps connait vraisemblablement les identités de ces visiteurs agissant sur ordre, mais de qui et pour quelle cause?

    Une chose est sûr que ce garde du corps est peut-être devenu le témoin gênant. Est-il encore en vie, c’est l’information que nous devrions savoir!

    Que Satan le diable te bénisse au nom de tes crimes Monsieur Avoukou!

  2. Aux journalistes de la Rédaction de la presse écrite du MCCD Congo , la Voix du peuple libre. C’ est avec bcp de bonheur que nous lisons chaque fous que vous traitez vos sujets sur les agissements du dictateurs congolais et ses incohérences . Nous avions pas été pour notre part surpris par sa politique de la chaise vide. C’ est sûrement parce qu ‘ il savait à Dakar il s’ agirait encore une fois de discuter des choses sérieuses , de la vraie sécurité en Afrique et de la vraie paix et pas celle dont il parle à longueur des journées dans ses médias griots à Brazzaville car tout le monde sait qu’ on ne fait pas de paix dans un pays voisin en armant et en finançant les deux camps qui s’ opposent comme l’ aura fait Denis SASSOU NGuesso en Centrafrique . Pourquoi il ne quitte pas son fauteuil maintenant que son peuple le lui exige ? Se souvient-il encore au pire de la crise ivoirienne avoir proposé à Laurent GBoagbo de partir et de laisser le fauteuil présidentiel à Alassane Ouattara? Lui qui veut encore imposer une autre guerre au peuple congolais en voulant mourir au pouvoir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *