Nationale

Changement de constitution : le PCT recule pour mieux tomber

Sassou-Pierre Ngolo

Après plusieurs jours de tergiversations, le bureau politique du PCT a finalement annoncé le lundi 10 novembre, le report d’officialisation de son projet « fou » de changement de la constitution. Projet qui devrait en toute évidence précipiter la chute du chef dictateur Denis Sassou Nguesso, dans des conditions catastrophiques.

En mettant en place un fameux « comité de réflexion », tout en évoquant une sordide proposition de « dialogue » afin de trouver un « consensus » de sortie de crise dont la base serait les cyniques concertations d’Ewo et de Dolisie, le bureau politique du PCT prend là une décision de « reculer pour mieux tomber ».

Pourquoi ces dirigeants du PCT s’entêtent-ils de comprendre que leurs complices de l’UPADS et du Mcddi sur qui ils comptent ne pourront jamais garantir un pouvoir à vie à leur chef ?

Tsaty Mabiala et Parfait Kolélas prendraient-ils vraiment des risques d’affronter la colère de notre peuple ?

Le Noyau politique du MCCD ose croire que ces derniers ont bien tiré des leçons de ce que les combattants pour la liberté burkinabé ont fait subir  au faux opposant complice, Gilbert Noël Ouédraogo, chef de ADF/EDA, parti corrompu et transfuge du CDP sur qui le dictateur Blaise Compaoré s’appuyait pour vouloir réviser la constitution et mourir au pouvoir. Inutile d’énumérer tout ce que ce monsieur a perdu  et de dire ce qu’il est aujourd’hui devenu.

Tsaty Mabiala et Parfait Kolélas qui tous les deux ont publiquement reconnu être méprisés par le dictateur Denis Sassou Nguesso et son parti, doivent le noter et le savoir pour toujours : « LES CONCERTATIONS IRRESPONSABLES ET INUTILES D’EWO ET DE DOLISIE N’ONT AUCUNE VALEUR NI POLITIQUE NI SOCIALE»

« TOUT ACTE CONTRAIRE À L’EXIGENCE DU DÉPART DU DESPOTE DENIS SASSOU NGUESSO SERA PUREMENT ET SIMPLEMENT CONSIDÉRÉ COMME UNE PROVOCATION ET UN FREIN AU PRINTEMPS AFRICAIN ».  

Comme avait su bien le dire Monsieur Bruno MOUELE, Coordonnateur du MCCD lors de l’ouverture des travaux des Assises nationales à Paris le 07 juin 2014, « tous ceux de faux opposants qui voudraient divertir notre peuple sur des concertations inutiles d’Ewo et de Dolisie, rencontreront la colère des combattants pour la liberté ». Aucune diversion ne pourra être acceptée ni tolérée. Ou vous rejoignez le combat « Noble » pour la liberté de notre peuple, ou vous décidez de rester à l’écart. Mais de grâce, ne redonner pas du souffle à un dictateur inhumain que les combattants pour la liberté ont réussi à affaiblir grâce au travail acharné de plusieurs années au prix d’innombrables sacrifices.

Le PCT, ses valets, ses laquais et ses complices devront comprendre que l’exigence du départ du dictateur Denis Sassou Nguesso dépasse le cadre politico-politicien congolais. Malheur à celui qui s’engagerait personnellement et individuellement de manquer ce moment historique de notre nation en refusant de prendre la seule bonne décision qui se présente à lui: « exiger le départ du criminel despote Denis Sassou Nguesso ».

Tous ceux des valets et laquais du dictateur burkinabé Blaise Compaoré qui avaient fait le mauvais choix de défier la colère de tout un peuple au bénéfice d’un homme ne se retrouvent pas aujourd’hui dans la même villa que ce dernier à Yamoussoukro.

Que personne ne dise demain : « si j’avais su… »

MCCD : La Voix du Peuple Libre

4 comments on “Changement de constitution : le PCT recule pour mieux tomber

  1. Que feront-ils de toutes ces personnes endoctrinees, intoxiquees, lavage de cerveau au sang humain? Toute une generation sacrifiee, vendue, trahie pour des interets egoistes d’une seule personne: s’autoproclamee dictateur.
    Oh Pere! Delivre le peuple congolais de ces monstres, buveurs de sang humain.
    Merci Pere! Amen!

  2. Neurosciences, psychologie, psychanalyse, société, civilisation et nouvelles synthèses – Isidore AYA TONGA…
    La raison et la science ne sont pas des qualités matérielles du cerveau. En somme tout homme possède un cerveau mais? il est plus intéressant quand votre cerveau produit des réflexions qui riment avec logique et discernement.
    Bien sûr que la logique vous conduira d’un point A à un point B, mais le discernement, l’audace ou l’imagination vous conduiront là où vous le désirez ( Albert Einstein). Alors, c’est quoi l’audace ou l’imagination? C’est à vous de la penser ou la définir?

    Et pour cause !
    Michel Montaigne (1533-1592) dit  » Savoir par cœur n’est pas savoir »
    Il pense qu’une tête bien faite vaut plus qu’une tête bien pleine.
    Au lieu d’encombrer la mémoire de l’enfant, de l’élève, de l’étudiant et de l’adulte, il faut plutôt éveiller son esprit et sa personnalité.

    On parle également de centre d’intérêt propre à chacun et donner la possibilité à l’enfant d’explorer dans son centre d’intérêt lui sera plus profitable que d’apprendre une leçon choisie par l’enseignant pour tous les élèves.

    Dans son environnement, l’enfant a besoin de connaitre et donc d’avoir des explications sur ce qui l’entoure.
    Combler ce manque de connaissance par des interdits ou des superstitions l’empêche d’évoluer et d’explorer.

    L’enfant, l’élève ou l’étudiant se recroqueville, se contrarie dans de faux-savoirs. https://www.youtube.com/watch?v=N3DVCRyPrwc

  3. Depuis 1997 et jusqu’à nos jours: pourquoi le taux de croissance annuel du Congo-brazzaville est non seulement une escroquerie intellectuelle mais surtout sur les fondamentaux économiques?

    DE 1998 A 2013: 79,970 MILLIARDS DE DOLLARS US DES DENIERS PUBLICS CONGOLAIS ONT ÉTÉ ENCAISSÉS PAR SASSOU NGUESSO ET POUR RIEN… QUEL GÂCHIS?
    Depuis 1997 jusqu’à nos jours, le régime dictatorial de Denis Sassou Nguesso abrutit le cerveau de son peuple et de ses partenaires financiers internationaux en leur affichant 4 à 5% de taux de croissance annuel.

    Le taux de croissance d’un pays qu’est ce que c’est?
    Il mesure la compétitivité d’un pays en tenant compte de trois indicateurs essentiels à savoir:
    La balance commerciale (ratio richesse créée/ richesse potentielle, compétitivité, import/export, devise, balance commerciale positive ou créative d’emploi ou négative destructrice d’emploi…).
    Le taux d’investissement (crédit bancaire destiné aux investissements du secteur public et privé, compétitivité des entreprises nationales, taxes sur les valeurs ajoutées, emplois, finances publiques…).
    La consommation nationale ( taux de chômage, salaires, pensions retraites, minimas sociaux, pouvoir d’achat, etc).

    Dans le cas du Congo-Brazzaville !
    1-La balance commerciale: Si on enlève la production pétrolière, du bois et des mines solides – la balance commerciale est à 80% négative.
    Le Congo-Brazzaville n’exporte pas grande chose, cela veut dire que hors pétrole et bois, le Congo ne créée pas de richesse.

    2- Le taux d’investissement du Congo-Brazzaville est négative, car les crédits d’investissement nécessaires aux pseudo grands travaux et cher au dictateurs Sassou Nguesso sont financés avec la dette publique.

    D’ailleurs, le pays est l’un des plus endettés au monde par tête d’habitants.
    Pire encore, 98% des entreprises congolaises n’atteignent pas la dimension nationale et voire continentale – Elles ne bénéficient d’ailleurs pas de crédits d’investissement et sont donc inefficaces sur plan de la compétitivité et de l’emploi intérieur.

    3- La consommation est presque nulle car 70% de la population active est chômage (sans minimas sociaux), des arriérés de salaires de fonctionnaires et de pensions retraites et pire encore 90% de la population vit avec moins de 2 dollars US par jour sur une population totale de 4 millions d’habitants.

    La honte d’un pays qui, pourtant est le 4ème producteur de pétrole et 3ème exportateur des bois précieux du continent noir – Mais où va l’argent argent ou les deniers publics?).
    Par ailleurs, le vrai pouvoir d’achat est concentré par une poignée de dignitaires et de valets du régime dictatorial qui investissent massivement leur butin acquis à l’extérieur du pays ou du continent.

    Depuis que le roi Sassou est dictateur, ce pays déclare un budget variable compris entre 3,8 à 4 milliards de dollars US annuel dont 40% sert exclusivement au train de vie du régime et de sa sécurité dictatoriale afin de se maintenir coute que coute au pouvoir qu’il le désir à vie.
    Bien sûr que ces deniers publics sont à 90% calqués sur les recettes de la production du pétrole, du bois et d’autres minerais et sans oublier les taxes douanières et compagnie !

    Par ailleurs, si ce régime dictatoriale unique en Afrique du 21è siècle avait des vrais cerveaux et des élites épris d’intérêt général, de valeurs ajoutées socioéconomiques, culturelles, environnementales & sociétales – ce pays aurait non seulement affiché de taux de croissance record mais aussi multiplié par 10, 15 ou 20 ses recettes publiques annuelles !

    Les vrais secteurs d’investissement seraient alors: l’éducation correspondantes aux standards internationaux (crèches, écoles, collèges, lycées, universités, centres de formation continue, centres de recherche/développement, matière grise hautement qualifiée, mains d’œuvre qualifiées…), socioéconomiques (entreprises publiques ou privées compétitives, eau potable, santé, énergie, emplois publics et privés et infrastructures touristiques ), culturels ( cinémas, théâtres, musées, bibliothèques…) et surtout environnemental (cadre de vie urbaine et rurale propice à l’espérance de vie d’au moins 70% de la population ) et cela sur l’ensemble du territoire national et plus encore….donc un pays émergent depuis les années 2010 jusqu’à nos jours.

    Sassou Nguesso dégage, un point, c’est tout !

  4. CONGO BRAZZAVILLE ET LA CABANE DU PÉCHEUR D’OYO – SI TU PLEURS POUR UN DICTATEUR TU NE SERA PAS LA DERNIÈRE OU LE DERNIER…

    La cabane du pêcheur – Francis Cabrel – paroles – Denis Sassou Nguesso et la cabane du pécheur de l’Alima ou du triangle des Bermudes congolais (Oyo, Obouya et ollombo) !

    La cabane du pêcheur – Francis Cabrel – paroles https://www.youtube.com/watch?v=OgFdKODfQzs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *