Nationale

Centrafrique : Mais où est passé le dictateur médiateur Denis Sassou Nguesso ?

centrafrique-paix

Alors que l’intervention Française semble désormais inévitable en République Centrafricaine, tous les analystes et spécialistes de la politique Africaine posent la question de savoir « Où est passé le dictateur médiateur Denis Sassou Nguesso ? » Lui qui connaitrait mieux ce conflit pour avoir toujours soutenu toutes les parties belligérantes. Sauf que cette politique hasardeuse du général Denis Sassou Nguesso, considéré comme un pyromane, ne trouve plus d’échos auprès des palais occidentaux et surtout pas auprès de l’actuel locataire du palais de l’Élysée, François Hollande, qui a lancé le 20 novembre dernier, un appel à la communauté internationale. Appel dans lequel il a invité avec insistance ses partenaires dans le dossier Centrafricain à « agir ». Selon nos sources diplomatiques, le dictateur Denis Sassou Nguesso serait considéré par de nombreux palais occidentaux, comme un danger pour la paix dans la sous-région. Il ne serait donc pas un partenaire fiable dans l’action. Ces derniers éléments confirment bien les informations que nous avions reçues de nos observateurs il y a quelques mois lors de l’investiture du président Malien IBK. Dans notre article du 19 septembre 2013 intitulé « Coulisses de l’investiture du président Malien : le dictateur Denis Sassou Nguesso humilié par François Hollande et Idris Deby »,  nous expliquions comment le dictateur Denis Sassou Nguesso a, contrairement à son vœux, été écarté de plusieurs conférences de presses et réunions officielles organisées en marge de l’investiture du président Malien Ibrahim Boubacar Kéita, dit IBK.

Cette imminente intervention semble être confirmée par les propos de la porte-parole du gouvernement Français, Najat Vallaud-Belkacem, qui disait que «Dès la semaine prochaine, peut-être même avant, devrait être engagé un nouveau projet de résolution au Conseil de sécurité des Nations unies pour soutenir le déploiement d’une force africaine sur le territoire Centrafricain, à laquelle la France apportera son soutien.» Son collègue des Affaires Étrangères, Laurent Fabius, va plus loin en disant ce jeudi matin que le « temps presse » et estimant comme les Etats-Unis, que la Centrafrique est au bord du génocide. Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon appelle de ses vœux, l’envoi le plus vite de 6000 casques bleus supplémentaires. Les forces d’Afrique Centrale sur place, dont le Tchad compte plus de 80% des effectifs, devraient être fondues d’ici décembre, dans la MISCA (Mission Internationale de Soutien en Centrafrique de l’ONU). Nous sommes curieux de voir ce que sera le comportement du général Denis Sassou Nguesso, avec les quelques 150 soldats entrainés juste pour terroriser le peuple Congolais. La France qui compte envoyer plus de 1200 à 1500 soldats est sûre de son allié militaire Africain, le président Tchadien Idris Deby Itno, qui a réussi à obtenir un siège en qualité de membre non permanent au conseil de l’ONU.

Il est aujourd’hui clairement établi que le dictateur Denis Sassou Nguesso qui, durant toutes ces décennies, s’est imposé au peuple Congolais grâce aux soutiens de nombreux lobbies corrompus, est aux abois. Il a voulu jouer avec le feu en souhaitant se passer pour le leader de la sous-région d’Afrique Centrale. Sauf que ce feu va le brûler petit à petit de façon humiliante. Pourquoi n’a-t-il pas joué à la stratégie de Paul Biya ? «S’occuper tranquillement de la politique intérieure du Cameroun et ne pas s’attirer des lampadaires sur soi».

Le dictateur Denis Sassou Nguesso, esclave de tout ce qui brille, comme sa propre peau dont il n’a cessé de changer de couleur avec des produits toxiques, paie son extravagance. Heureusement que cet amateurisme dans la politique l’affaiblit de plus en plus, au point où il sera plus facile pour notre peuple de le cueillir comme un fruit pourri.

MCCD : La Voix du Peuple Libre

Sassou-BozizéMichel-Djotodia

One comment on “Centrafrique : Mais où est passé le dictateur médiateur Denis Sassou Nguesso ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *