À propos de nous

LE MCCD                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       Le Mouvement Congolais Contre la Dictature (MCCD), créé le 21 janvier 2012 aux Pays-Bas, sur acte No 54503477 de la chambre de commerce, est un mouvement qui  rassemble autour d’un projet, l’ensemble de femmes et d’hommes, citoyens du monde et défenseurs des valeurs de liberté, de justice et de démocratie; valeurs qui sont facteurs de progrès et de développement à travers la paix et la bonne gouvernance.

Le sens du combat du Notaris klaarMCCD                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       Liberté = Etat d’une personne qui n’est pas soumise à la servitude.                                                                                                                                                                                                                                                                               Pourquoi faut-il lutter pour notre liberté?                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    La liberté est-elle une illusion? Un mythe?                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             Pourquoi mettre fin à la dictature Sassou et réinstaller la Démocratie au Congo?                                                                                                                                                                                                                                                          “Liberté et libération sont un devoir qui ne finit jamais. Telle doit être notre devise: N’oubliez pas !”.

Umberto Eco dans Cinquescritti Morali.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                Tous les êtres humains possèdent dès la naissance des droits et des libertés fondamentales inaliénables, les mêmes pour tous.

L’Organisation des Nations Unies s’est donnée pour mission de défendre, de faire prévaloir et de protéger les droits de l’homme de chaque individu. Elle appelle à tous les peuples du monde entier à apprendre à mieux connaître leurs droits, contribuer à les faire prévaloir et les défendre, les leurs et ceux de leurs semblables.

 « Introduction de la déclaration universelle des droits de l’Homme ».                                                                                                                                                                                                                                           Cela justifie notre devoir de lutter pour notre liberté et celle de nos semblables. Cela montre aussi, que la liberté ne peut être une illusion ou un mythe; mais un sens humain de vivre dans la dignité et l’honneur. Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènement d’une ode où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la lisère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme. Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression.

 « Préambule de la déclaration universelle des droits de l’homme ».                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 Le Mouvement Congolais Contre la Dictature, en sigle MCCD, trouve ici le sens de son combat pour la liberté du peuple Congolais opprimé. Il s’engage ainsi, à atteindre son objectif qui vise la restauration de la démocratie au Congo. Le MCCD est convaincu que la communauté internationale, garante du respect des droits fondamentaux de l’homme dans le monde, l’accompagnera avec fierté, dignité et honneur, dans ce combat certes difficile, mais noble pour la liberté du peuple Congolais, longtemps opprimé par monsieur Dénis Sassou Nguesso, l’un des dictateurs les plus immondes du 21ème siècle.

LES VALEURS DU MCCD  Le MCCD,  un mouvement pour le changement.                                                                                                                                                                                                                                    Le Mouvement Congolais Contre la Dictature (MCCD) est un mouvement fondé sur les valeurs de liberté, de justice, de paix et de démocratie comme le stipule sa devise. Il  rassemble en son sein et autour d’un projet commun l’ensemble des Congolaises et Congolais, défenseurs de ces valeurs qui sont facteurs de progrès et de développement. Le MCCD veut construire une société où chacun peut vivre libre et s’épanouir dans la sécurité. Une société où l’on valorise l’effort et où chacun a sa place. La raison de notre combat est de reconquérir ces  droits fondamentaux qui définissent  la stabilité sociale et le succès pour le progrès et le développement qui passe impérativement par le strict recours aux indicateurs suivants:

  • La réforme de la culture politique en adéquation avec les  mentalités nouvelles ;
  • La protection sociale et la garantie de la sécurité d’existence ;
  • La démocratie et la bonne gouvernance ;
  • L’économie et la bonne gestion des ressources naturelles, financières et humaines ;
  • Le développement  du système éducatif et culturel ;
  • la fonction publique et l’entreprise privée ;
  • La protection de l’environnement et  l’écosystème ;
  • L’acquisition de la science et des nouvelles technologies;
  • la mondialisation et l’évolution géopolitique mondiale.

Le Congo a besoin de rénover la classe politique pour adopter celle qui adhère aux sociétés modernes. Nous devons mettre fin aux systèmes politiques médiévales entretenus par ceux qui sont nostalgiques du passé et n’ont pas encore pris conscience de ces mutations mondiales réelles et profondes, et éradiquer la dictature et sa culture partisane fondée sur l’enrichissement scandaleux et les divisions claniques. La démocratie est le seul moyen véritable qui permet la meilleure redistribution des richesses nationale entre citoyens et le progrès social dans la diversité culturelle.

Le MCCD  lutte pour des institutions publiques modernes qui réconcilient les antagonismes du passé autour d’un réalisme politique qui doit garantir l’avenir de notre pays. Ce n’est pas vouloir le changement pour le changement, mais la réforme au service de la Nation et pour le progrès.

Le MCCD appelle chacun à se mobiliser et à mettre le cap sur l’effort commun de changement pour garantir l’avenir commun. C’est à partir de cet espace qu’il veut prévenir le futur, en proposant un Congo qui sera à la fois libre, démocratique et plus solidaire.

 LA VISION DU MCCD POUR LE CONGO ET L’AFRIQUE                                                                                                                                                                                                                                                                Constituée en 1958 et indépendante depuis 15 Août 1960 avec une superficie de 342.000km2, la République du Congo a eu, 30 ans de monopartisme après, le mérite de s’engager en 1990 sur la voie de la démocratie pour répondre ainsi aux exigences des valeurs universelles qui s’imposent au processus de développement mondial. Malgré le coup d’arrêt donné par le dictateur Dénis Sassou Nguesso à l’élan démocratique Congolais, la quête de < <liberté>> conduit le peuple Congolais de réaliser que la situation géopolitique mondiale actuelle connait une défaillance due à une évolution sociale mondiale très remarquable liée au développement culturel et social des Nations du monde. Ces changements imprévisibles qui s’opèrent aujourd’hui  sont la cause des systèmes politiques devenus vieillissants  et inadaptés au contexte mondial actuel. C’est pourquoi, notre vision pour le Congo, est la construction d’une Nation juste, libre, digne, démocratique et développée et dont les bases sont le respect des cinq valeurs universelles que sont la vérité, l’amour, la paix, la conduite juste et la non-violence.

Bien que le Congo soit un pays très riche de par ses ressources naturelles tels: l’eau, le pétrole, le bois, le fer, la bauxite, la phosphate…, notre vision pour ce beau pays repose sur sa première richesse qui est la qualité de ses hommes et de ses femmes. C’est pourquoi, il nous faut créer les conditions qui permettent de mettre les Congolaises et les Congolais au travail afin de conjurer le paradoxe de ce pays très riche par ses ressources naturelles mais pauvre par le niveau de vie de ses populations. Nos priorités sont donc: l’Education, la Santé et l’Hygiène, l’Agriculture et l’élevage,  l’Urbanisation, la Construction et l’Habitat, les Eaux-forêts et Environnement, les Transports et la Marine marchande, la Jeunesse et Emploi, les Sport Culture et Arts, les Mines et Energies, la Justice et les Droits de l’Homme, la Presse et la Communication, la Défense la Sécurité et l’Immigration, le Panafricanisme et la Mondialisation, l’Economie et les Finances. Bien qu’un aperçu détaillé de chacune de ces priorités sera présenté dans le chapitre « Projet de Gouvernement’’, une vue résumée de chacune d’elles est nécessaire.

 1-  L’Enseignement l’Education et la Formation                                                                                                                                                                                                                                                                                      Chaque citoyen a droit à une formation de qualité nécessaire pour développer ses aptitudes personnelles et obtenir la connaissance indispensable. L’enseignement, l’apprentissage, la recherche, sont sources d’avenir. La qualité de  leurs infrastructures et de leur organisation  en dépend.  Assurer l’égalité des chances par la formation est de mise pour une  justice sociale. Que chaque enfant ait accès à l’éducation au titre des moyens scolaires offerts par l’Etat. Les bourses d’études et les stages de formation  doivent constituer   un   privilège  pour   tous.

Un programme éducatif sera mis en place comportant une vision pédagogique ambitieuse qui permette la scolarisation à 100% et basée sur:

  • La gratuité des enseignements maternels, primaires et secondaires dont les frais devront être payés mensuellement par le gouvernement aux établissements en fonction des revenus des parents;
  • La politique d’un village une école primaire. Un établissement secondaire devra comporter le premier et le deuxième degrés;
  • Des bus spéciaux de transport des enfants handicapés;
  • L’Enseignement des Langues Nationales Congolaises que sont le Lingala et le Kikongo aux primaire et secondaire;
  • La valorisation de l’enseignement professionnel et la généralisation des nouvelles technologies dans le primaire et le secondaire.
  • Une bourse d’études aux étudiants n’ayant pas redoublé un cycle universitaire;
  • Un partenariat actif entre les universités, les instituts et écoles techniques, les institutions publiques, les administrations et les entreprises pourvoyeuses d’emplois;     La création d’un Centre National pour l’Education (CNE) ayant pour mission le contrôle des conditions matérielles et logistiques des établissements scolaires et universitaires.

2- La santé et l’hygiene                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           Un Programme National de Santé Publique sera mis en place, comprenant une vision sanitaire qui permette l’accès de toutes les Congolaises et tous les Congolais aux soins fiables et dignes pour une bonne santé pour tous. La mise en oeuvre de ce programme présente des défis majeurs pour répondre aux besoins des Congolaises et des Congolais. Il faut pour cela:

  • Mettre en place un ensemble de services et d’installations sanitaires communs à toutes les régions et à tous les territoires locaux du Congo et assurer ainsi une plus grande cohérence des actions en santé publique;
  • Adapter ces services aux besoins et aux particularités des communautés locales et régionales;
  • Assurer la qualité des activités en alliant la rigueur et le recours aux connaissances les plus récentes avec la créativité et l’innovation.
  • Le plein engagement de l’Etat et de toutes ses technostructures dans la lutte contre toutes les maladies sexuellement transmissibles tels le VIH/SIDA, la gonococcie, la syphilis et les autres pandémies tels le paludisme, la dysenterie, la tuberculose qui sont devenus des véritables menaces contre la survie de notre peuple;
  • Une politique axée sur la prévention. Chaque famille Congolaise aura un médecin généraliste de famille qui assurera les soins et examens préventifs pour chaque Congolaise et chaque Congolais. Le gouvernement devra organiser des campagnes de sensibilisation afin d’intensifier nos efforts pour faire la promotion de saines habitudes de vie tels: l’activité physique, une bonne alimentation, le refus du tabagisme et de l’alcoolisme abusive;
  • Un vaste programme d’assurance maladie pour chaque Congolaise et chaque Congolais sera mis en place afin de permettre l’accès aux soins pour tous.
  • L’objectif visé est simple, mais ambitieux : que chaque Congolaise, chaque Congolais se sente bien dans sa peau, physiquement et psychologiquement. Bien sûr, chacun doit faire sa part pour maintenir sa propre santé, son propre équilibre. Mais il y a plus: la société doit mettre en place tout un ensemble de conditions propices à l’atteinte de cet objectif. En somme, la responsabilité individuelle se double d’une responsabilité collective.

  3     – L’Agriculture et l’Elevage                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        Pays à climat chaud et humide, le Congo représente, avec ses 342.000 km2 de superficie, un paradis pour la culture de plusieurs aliments agricoles. Un vaste programme de vulgarisation agricole sera mis en place, permettant ainsi de faire du Congo, un grand pays d’exportations du manioc (aliment de base de plusieurs pays Africains), de la banane, du maïs, d’huile de palmes et du café. Par ailleurs, un vaste programme du développement du petit élevage sera mis en place et permettant le développement des espèces à cycle court dont les caprins, les ovins, les porcins et les volailles. Ces deux vastes programmes permettront donc d’assurer une autosuffisance alimentaire à tout le peuple Congolais. Il faut pour cela:

  • La création d’un Bureau National d’Appui au Développement Rural (BNADR) ayant pour objectif, la fourniture des services agricoles et d’élevage efficaces aux exploitants à travers:
  • un système de vulgarisation renforcé et diffusant des technologies adaptées aux contraintes des exploitants et préservant l’environnement, avec un appui spécifique aux femmes et aux jeunes;
  • des technologies mises au point par la recherche et transférées répondant aux contraintes des exploitants agricoles et d’élevage;
  • la création et la promotion à la base des Organisations Professionnelles Agricoles et d’Elevage (OPAE) pour en faire des entreprises économiquement viables;
  • le renforcement des compétences et la capacité d’adaptation des agents à leurs postes;
  • un système d’information et de gestion des données techniques répondant aux besoins des demandeurs.
  • La mise en place, à travers un Diagnostic Participatif Village (DPV), d’un outil de dialogue et d’identification des actions jugées prioritaires par la communauté rurale. Ce diagnostic se fera en trois phases:         la connaissance des activités socio-économiques des différentes couches sociales du village et pratiques liées aux activités et expression des atouts, contraintes et des besoins des communautés rurales; la priorisation des actions à conduire dans ce village et élaboration d’un plan d’actions;  la mise en place d’une instance villageoise de gestion et de suivi du plan de développement issu du DPV;
  • La mise en place d´une stratégie comprenant deux approches:
  • la vulgarisation de masse, basée sur les principes du système formation/visite consistant à apporter des thèmes techniques chaque mois à des groupes d’agriculteurs et d´éleveurs appelés groupes de contact et composés de dix (10) à quinze (15) exploitants. Cette approche s’applique aux petites exploitations pratiquant les cultures vivrières tournées vers l’autoconsommation;
  • la vulgarisation privée, portant sur une spéculation unique de la filière et consiste non seulement à apporter le conseil agricole mais également à distribuer les principaux facteurs de production tels que les engrais, les pesticides, etc… Cette approche s´applique aux grandes exploitations de culture de rente (manioc, maïs, banane, café, palmier, élevage laitier);
  • La création d´un Centre des Métiers Ruraux permettant d’assurer un transfert de savoir, savoir-faire et savoir être aux apprenants à partir d’une meilleure connaissance du milieu et de l’expression des besoins des groupes-cibles;
  • La création sur toute l´étendue du territoire, des supports de vulgarisation et  diffusion dont: des visites inter-paysannes, des champs modèles (appartenant soit à un groupement informel, soit à une coopérative, de taille réelle, d’accès facile, situé aux abords du village, dans lequel l’agent technique intervient et fait la démonstration de l’itinéraire technique), des radios rurales et radios de proximité, la presse écrite et des bulletins de liaison.
  • La création d´une Agence de Coopératives d´Epargne et de Crédit (ACEC) qui est une institution de micro– finance implantée sur toute l’étendue du territoire et représentée dans diverses localités par les Coopératives d´Epargne et de Crédit (CEC).
  • Tout ceci devra prendre en compte la valeur de la femme et des activités preservant l´environnement.

 4-    L’Urbanisation, la Construction et l’Habitat                                                                                                                                                                                                                                                                                         La création des conditions d´une bonne vie sanitaire et hygiénique  pour tous et la politique de logement pour toute Congolaise et tout Congolais, sont une exigence qui devra s´appliquer avec une grande urgence. Pour cela:

  • Un Code de l’Urbanisme et de la Construction sera défini par le gouvernement selon la loi;
  • Un vaste programme d’urbanisation de toutes les villes et de tous les villages sera mis en place permettant ainsi: la rénovation urbaine, la restauration immobilière, le remembrement urbain, l´expropriation pour cause d’utilité publique, la détermination des réserves foncières;
  • Un vaste programme d’identification des besoins et immobilier sera mis en place afin de permettre le logement de toutes les Congolaises et de tous les  Congolais. Ce programme immobilier sera composé d’un ensemble d’appartements neufs et à différent standings allant de la vente directe, la location vente à la location;
  • Un vaste programme de construction et de création des espaces verts et de repos, des parkings modernes et des centres commerciaux modernes sera mis en place dans toutes le villes et tous les villages selon la nécessité;
  • Un vaste programme d’aménagements urbains sera mis en place et se fera à l’aide des documents d’urbanisme que sont: le Schéma Directeur D’aménagement Urbain (SDAU) et le Plan d’Occupation des Sols (POS);
  • Il sera créé, en plus des structures centrales et décentralisées chargées de l’urbanisme et de construction, des structures consultatives dont: le Conseil National de l’Urbanisme et de la Construction, le Commission Régionale de l’Urbanisme et de la Construction, la Commission Communale de l’Urbanisme et de la Construction
  • La réalisation de tous ces programmes d’urbanisation, de construction et d’habitat prendra en compte la notion de densité modérée afin d’offrir aux Congolais et Congolais des villes et villages aménagés de façon équilibrée, qualitative et sure dont les enjeux sont: l’environnement, le social, l’économie et la participation citoyenne.
  • Les Eaux et Forêts et Environnement
  • Le vaste réseau de cours d’eau (plus d’une trentaine de cours d’eau d’importance appréciable et de nombreux petits cours d’eau secondaires), la dizaine de grandes rivières, les deux grands fleuves (le Congo et le Kouilou-Niari), de nombreux lacs, la riche végétation dont 60% de la forêt et 40% de la savane (souvent entourées des forêts galeries le long des rivières) que possède le Congo sont des atouts majeurs qui permettent d’assurer et de garantir à toute Congolaise et à tout Congolais l’alimentation en eau potable et une vie dans un environnement pur. Pour cela:
  • Un vaste programme de gestion et de contrôle de tout le réseau hydrographique sera mis en place sur tout le territoire national;
  • Un vaste programme de construction d’installations d’assainissement et de distribution d’eau potable sera mis place dans chaque région en tenant compte de la démographie et des besoins de chaque région;
  • Chaque foyer devra être équipé d’une installation en eau potable;
  • Une loi relative à la solidarité dans les domaines de l’alimentation en eau potable et de l’assainissement sera votée par le gouvernement et permettant ainsi aux services d’eau et d’assainissement d’aider les plus démunis à payer leur facture d’eau, par l’intermédiaire d’un fond de solidarité gouvernementale. Une convention devra être passée avec le gestionnaire de ce fonds, pour déterminer «les règles de calcul ainsi que les modalités d’attribution et de versement de cette subvention;
  • Un vaste programme de gestion et de contrôle de tout le réseau végétatif sera mis palce sur tout le territoire national. Ce programme permettra ainsi d’identifier et de classifier toutes les forêts Congolaises selon leur importance biotope pour un usage au service environnemental et économique.
  • L’eau potable pour tous dans un environnement public propre est une exigence primordiale.

 6-     L’Agriculture et l’Elevage                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            Le secteur agricole mérite que notre pays lui offre des perspectives économiques: c’est un enjeu incontournable qui touche à l’économie, à la qualité de vie, et à la qualité des produits alimentaires. Notre pays n’a aucune structure agricole adaptée pouvant garantir une sécurité et une autosuffisance alimentaire conséquente pour nos populations. Nous pensons que la réforme de l’économie agraire constituerait une priorité pour garantir sa participation à l’économie de l’après « Pétrole ». Le Congo a d’énormes potentialités naturelles qu’humaines. Aussi l’espace et le climat y sont favorables. Les paysans doivent accéder aux systèmes modernes de production qui prennent en compte la salubrité de la production et les principes d’une agriculture mécanisée dans le respect d’un développement harmonieux de l’espace rural et de la qualité des produits.

 7-    Le Système de gestion de l’impôt et de la fiscalité                                                                                                                                                                                                                                                                              L’impôt est la contribution que verse  chaque citoyen à l’Etat pour que celui-ci puisse assurer des missions fonctionnelles et sociales impossibles à couvrir individuellement. L’impôt est donc nécessaire. Le contribuable doit être informé de ce que l’on fait avec son argent. Il  convient de garantir l’impôt tout en permettant aux citoyens de contribuer à l’effort commun en proportion de leurs revenus. A ce titre, lutter contre la fraude fiscale est une exigence légitime de civisme. La sécurité juridique du contribuable doit totalement être restaurée et ses droits strictement respectés.

  8-    La Recherche et l’Innovation                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     En ces temps modernes, la recherche est de plus en plus prise en compte par les sociétés sous développées. Elle devient une nécessité économique. Seule une stabilité économique peut garantir son investissement convenable. La recherche et l’innovation sont toutes deux sources d’un enseignement dynamique et d’une mobilisation technologique et scientifique. Il s’agit surtout de garantir une infrastructure  moderne pour la recherche à notre université. Elle est le canal de la perfection  et de l’innovation technologique. La recherche doit être valorisée en promouvant l’excellence aux divers degrés de l’enseignement. Tous ceux qui ont qualité  de chercheurs doivent bénéficier de la libre entreprise, en leur octroyant les moyens nécessaires. Leur statut devra être revalorisé, comme d’ailleurs celui de l’ensemble des métiers intellectuels.

 9-    Les Valeurs Culturelles                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            Notre pays a presque perdu nos repères  culturels pendant que la culture constitue l’identité inconditionnelle dans les sociétés humaines. Son importance est observée par l’attention soutenue qu’on lui accorde, mais aussi par les attentes fortes et les exigences nouvelles qui se sont développées à son égard. Cette défaillance culturelle  doit donc être réparer. Ce sont des défis d’une envergure exceptionnelle. Elle rapproche les peuples. Avec l’enseignement, la revalorisation de la culture constituerait pour notre société une des garanties les plus fortes de démocratie, de solidarité et de compréhension mutuelle. Elle est le rempart qui doit sans cesse être consolidé à l’encontre des extrémismes. Car c’est elle qui définie notre personnalité sociale et morale.

 

 

Deze post is ook beschikbaar in: Néerlandais, Anglais